C'est toujours la même méthode : un sujet de société en vogue, une réponse choc, un site internet un peu cheap et on fait mousser. Fin août, à Montréal, l'opération Go Topless (officiellement créée en 2007 par Raël) a organisé la deuxième édition de sa Journée Seins Nus. On y a vu défiler dans les rues quelques femmes boobs à l'air et hommes solidaires affublés de soutiens-gorge. Le message était limpide : se balader topless en public est un «droit constitutionnel». Raël, connu pour s'entourer de femmes, si possibles bien gaulées, apôtre de la liberté sexuelle, s'érige soudain en féministe respectable et sympa.

 

Durant l'été toujours, Claude Vorilhon (le véritable nom de Raël) obtenait une petite victoire juridique. En Afrique, cette fois, et au Burkina Faso pour être précis, là où il a fait sortir de terre le tout premier «Hôpital du Plaisir» dans le cadre d'une opération baptisée Clitoraid visant à reconstruire le clitoris de femmes victimes d'excision. La justice locale reconnaissait le caractère diffamatoire d'une lettre balancée par un professeur en médecine à tous ses collègues, dans laquelle il dénonçait «l’escroquerie organisée par la secte de Raël». Face aux pressions de l'Eglise catholique (que les Raëliens haïssent, et c'est sûrement réciproque), l'Hôpital du Plaisir n'a toujours pas ouvert ses portes, faute d'autorisation gouvernementale. Une fois de plus, Raël se la joue filou : l'interdiction faite à ses médecins de réparer des clitoris le propulse, lui, au rang de super-défenseur des femmes.

 

 

Les Raëliens turbinent pour redorer leurs toges. A travers le cul et le plaisir d'abord, qui ont une place de choix dans l'enseignement qu'ils disent tenir des Elohims, ces extraterrestres auxquels nous devons notre présence sur Terre. Mais pas seulement. Ils multiplient ainsi les opérations chocs dans des domaines variés. Exemples récents : ProSwastika, qui entend réhabiliter le symbole préféré des nazis, ou encore Paradism. Ce dernier projet croit pouvoir résoudre tous les problèmes de l'humanité ou presque en mettant les robots au boulot, et nous, humains, à la maison, où nous pourrions nous adonner en paix à la méditation sensuelle et autres plaisirs charnels. Pourquoi n'y avait-on pas pensé plus tôt ?

 

Il ne reste qu'un pas que Raël, 67 ans, n'a pas encore franchi : se lancer en politique, lui l'hyper-gourou fondu de buzz, lui le «demi-frère de Jésus Christ» qui prône la géniocratie, régime dans lequel l'intelligence et le génie gouvernent. «Seuls les gens dont le niveau d'intelligence à l'état brut est supérieur de 50% à la moyenne doivent être éligibles, et seuls ceux dont le niveau d'intelligence à l'état brut est supérieur de 10% à la moyenne peuvent être électeurs» explique Vorilhon dans son livre Les extraterrestres m'ont emmené sur leur planète. On attend le résultat de son test de QI avec impatience.

 

 

Thomas Blachère.