Intérieur nuit

Où l'on entend une voix synthétique qui ordonne de se mettre en rangs et personne n'obéit. Les choses clignotent, et depuis la scène, c'est vert et bleu, je chante avec Madame K, oh oui, Yes Yes, et au premier rang, une femme imite sans le savoir une autre femme qui fait semblant d'avoir les cheveux raides, c'est drôle alors je fais pareil et ça fait remuer la tête, pof pof. 

Le câble noir aussi pense qu'il peut se permettre et il faut le chasser du pied. 

Après, c'est la Caraïbe d'un coup car Monsieur Franqui-casquette possède la non-peur, et voilà qu'on fait des choses de rythmes tous ensemble, et sur ma droite, c'est la Caraïbe de Caen la plus belle, drôlement déhanchée, et dans le public, c'est un genre de Caraïbe qui arrive comme une rumeur terrible de danse que j'aime.

 

 

Personne ne lève les yeux au ciel car nous sommes à l'intérieur. 

Un homme remet bien son col, c'est important de se sentir beau, et c'est un bel homme qui danse maintenant contre d'autres hommes et femmes, sans panique, ce n'est pas de la panique, c'est le troisième morceau d'un concert de Fiodor and The Shiners. 

Ensuite, nous avons remarqué qu'il fallait tirer les couvertures de nuit au-dessus de nous pour que le jour aille dans le bon sens, vers sa fin donc, une grande langue de nuit à attraper à plusieurs et à tirer de droite à gauche, voiiiiila. Les étoiles et voici. 

Le son pour le moment est épais, et nous le malaxons pour son mal et pour son bien, nous lui jetons un regard de côté, il ne s'agit pas d'être un bon petit gars. 

Et puis là, de très jeunes gens ont les bonnes coiffures, bravo les jeunes ça fait plaisir alors j'ai envie de les féliciter, mais nous ne sommes pas là pour ça et j'ai les paroles dans la bouche. Je les ai écrites pour les chanter. 

Tout ça est exaltant, sans panique, ou bien peut-être que si?

Toi, tu en penses quoi?

Katel fait sa mine oui-oui, tu fais ta mine. J'aime bien.

 

 

Nous sommes des amateurs, nous aimons ce que nous faisons, et pour le prouver, voici du silence au milieu de la mer. Assourdissant. La mer et en même temps le vallon de mon enfance, pour toi. Il est vert foncé, et les arbres sont lourds d'été dans la nouvelle chanson qui débute et qui appartient au gardien de phare qui en voudra. 

Au loin, les lumières font leur amitié. Chantons plus fort et à plus nombreux, pas de peur.  

Enfin, le cœur ralentit pour tous, Dieu merci, merci de ralentir comme ça. 

C'était une belle soirée. 

 

 

Par Fiofi // Crédit photos : Benoît Fatou.