Seule sur un toit, Tinashe fixe la caméra. Alors que le décor semble tourner autour d'elle, elle annonce regretter ces soirées où elle est la seule humaine parmi tous ces animaux. Une complainte qui sonne creux lorsqu'elle confesse deux lignes plus loin être sous l'influence de la MDMA et avoir pour intention d'oublier ses peines de coeur en embrassant un inconnu dans le club. Elle embraye sur le refrain :

"Tous mes amis sont défoncés
Et je déteste cette boîte
Mec, je bois beaucoup trop
Encore un vendredi soir de gâché
Mes yeux sont noirs et rouges
Et je rampe à nouveau en direction de ton lit
"

 

C'est ensuite à Chance The Rapper de prendre le relais, en laissant le soin à un acteur de mimer les mots à sa place puisqu'il ne figure pas dans le clip. Au milieu de son laïus anti-Xanax, une phrase résonne : "les vendredis sont fait pour chiller, pas pour échapper à la perfidie".
 

 

Puis, Tinashe reprend la main. Sur la banquette arrière de son Uber, elle compose avec sa solitude, avant d'abdiquer et de céder à la tentation de retomber dans les bras de cet amant nocif, tout ça alors qu'une pluie de cotillons s'abat sur le trottoir.

 

 

Pour conclure le clip, une série de plans sur des gens qui discutent, qui dansent, qui boivent, qui fument, qui rient, qui se disputent, qui vomissent et s'embrassent (pas les mêmes que ceux qui vomissent, parce que berk). Sur une production groovy et mélancolique de Snakehips, All My Friends n'est finalement qu'une chronique d'un vendredi soir comme les autres. Ce à quoi on aimerait tous à nouveau aspirer.

 

 

 

Thomas Rietzmann.