Avec Jamie, on partage une passion commune pour le monde des adolescents, la même envie de raconter la jeunesse. Mais il fallait trouver un contexte, quelque chose de singulier. Jamie a évoque l’idée de la Laponie, de cette notion de Kaamos si particulière, et de cette ville de Rovaniemi60 000 habitants, détruite pendant la guerre. Ca m’a tout de suite intéressé d’avoir comme décor une ville de taille moyenne, où il n’y a pas grand chose à faire (et qui m’a  évoqué la ville où j’ai moi-même grandi, St. Nazaire), et de suivre le quotidien d’une bande d’adolescents, tous élèves d’une école de danse folklorique. Sauf que Rovaniemi est situé a 10 km du cerce polaire et que forcément, les conditions de vie y sont vraiment extrêmes : les mois d’hiver n’y sont qu’une longue suite de jours sans soleil, le froid y est intense (pouvant atteindre les -30 degrés) et la vie s’en trouve guidée par ces conditions de vie très atypiques.  Vivre à l’heure du Kaamos.  Faire l’expérience de cette nuit sans fin.  La ville plongée pour quelques mois dans la nuit polaire vibre étrangement, dans un cadre presque irréel. Musique et film se sont construits ensemble, en parallèle, et on est actuellement en train de tout terminer… Pour la première, qui aura lieu dans une semaine donc. Récit d'un voyage en images.

IMG_0894

Voyager côté fenêtre. Se coller le nez au hublot et faire sa petite photo. La classique, quoi. Sauf que le trajet d’avion l’est moins que d’habitude. Je pars pour la Laponie pendant les quelques semaines qui précèdent Noël, dans une petite ville, capitale du pays et aussi ville du Père Noël. A l’approche du cercle polaire, sensation étrange : la courbure de la planète terre se voit à l’oeil nu. Vertige. On suit la courbe, on quitte la lumière et on s’enfonce dans le noir, un noir épais. Sensation de «passer de l’autre côté», du coté sombre bien sûr.
Le soleil se couche et ne se lèvera presque plus pendant mes 10 prochains jours… Bye-bye Sun, bienvenue dans le monde des ténèbres, du Kaamos.

terrainvague02

12 décembre, c’est donc ici, à Rovaniemi, que je passe mes 10 prochains jours, en compagnie de Jamie Harley, réalisateur du projet Kaamos et Jeremy Barrois, son assistant réal'. A cette époque de l'année, le soleil ne se lève jamais. Seules quelques heures de lueur viennent rythmer le quotidien entre 11h du matin et 14h. On est en plein Kaamos, période de nuit hivernale qui s’étend de décembre à janvier.
Beauté d’une fin de journée dans la petite ville de Rovaniémi. Il est 13h46.

IMG_0951

17 décembre. Il fait -12 degrés ce matin,  il est déjà presque 09h00. On prend vite la voiture pour aller choper les quelques rayons de lumière et faire des plans au bord d’une rivière. Après un bon kilomètre de marche dans la neige, on y arrive enfin.
Jeremy vient de nous faire un feu du tonnerre en 3 minutes. On se croirait presque dans un film de Sean Penn. Sauf qu’on a oublié les marshmallows à la station-service. Résultat : on se retrouve tous les 3 à manger des saucisses … de renne. L’idée me pique un peu.

IMG_0972

IMG_0963

IMG_0967

Journée de tournage au lycée de Rovaniemi. Les ados sont éternels.

IMG_0902

IMG_0961

Il est 15h00, il fait nuit noire. Jamie Harley est un killer - il préfère avoir les doigts gelés plutôt que de perdre de la stabilité avec sa caméra : pas de gants pour Jamie. On nous annonce -20 degrés pour cette nuit. Mais c’est ma dernière nuit en Laponie et on décide de partir en virée à la recherche des aurores boréales.

IMG_0934KAAMOS_Carré-2

Texte et photos : Maud Geffray.

++ 
Kaamos, création musicale live de Maud Geffray sur des images de Jamie Harley, sera projetée au Louvre le 28/01 à 20h30.