Avant de composer Ever Fallen In Love ou Orgasm Addict, Peter McNeish (de son vrai nom) était fou de glam, adulait Bowie, connaissait le Velvet sur le bout des ongles (peints ?). C'était vers 1976 (re-lisez donc England's Dreaming). En 81, quelques semaines après avoir paraphé un contrat en solo, il est retourné à ses obsessions élégantes et bien troussées. Avec sa pochette moderniste, son costume immaculé et sa coupe impeccable, son télescope et son Commodore, cet Homosapien aurait pu être un disque de John Foxx, une minauderie robotisée surfant sur la - nouvelle - vague. Ou alors une alternative au Pleasure Principle de Gary Numan qui affichait deux ans plus tôt sa rigueur thatchérienne en veste croisée. Mais Shelley a bien plus de coeur que ça. Après tout, il le confesse lui-même, cet album est un - heureux - accident.

« I'm the cruiser
You're the loser
Me and you sir
Homosapien too
Homosuperior
In my interior »

A cause des ces quelques mots bien sentis, assénés sur une rythmique qui ressemble étrangement à celle de Something's Gone Wrong Again (des… Buzzcocks), il a dû affronter, vent debout, tête baissée, la censure de la BBC. On vous laisse deviner pourquoi. Avec son organe nasillard et son port altier, ce Shelley-là décoiffera toujours la morgue badigeonnée au pento de Morrissey. Et pas que sur le papier, forcément glacé.

 

Ecouter et télécharger:

Shelley - Homosapien

Shelley - Qu'est-ce que c'est que ça?

Shelley -  It's Hard Enough Knowing

 

Les autres Trésors Cachés:
*Space Art
*Del-Byzanteens
*Mo-dettes
*Jean-Pierre Massiera
*Warning
*Loop
*Denim
*Shoes
*The Units
*The Family Fodder
*Rupert Hine
*Richard Bone   
 

 

Par Olivier Tesquet.