Elle vient d’où ?
Young M.A est originaire de Brooklyn et c’est probablement ce qui explique son attachement au hip-hop, elle qui rappe depuis l’âge de 9 ans et qui ne cesse, dans ces freestyles ou autres, de prôner l’héritage de la Big Apple. NY State Of Mind, qu’il disait.


Qui est-elle ?
Le nom de Young M.A tourne depuis quelques temps déjà chez les amateurs de hip-hop, adeptes de YouTube et des réseaux sociaux. Parce qu’elle possède le physique de Snoop dans The Wire. Parce que ses morceaux se basent sur un argot déglingué, sans structure ni discours suivi, mais s’entendent presque systématiquement comme des cris de ralliement (le fameux «OOOUUU» du titre éponyme). Mais aussi, pour les plus érudits, parce que la New-Yorkaise a toujours su rester authentique dans ses choix de carrière, de ses premiers freestyles aux côtés de Meek Mill jusqu’à son récent hommage à Quiet Storm de Mobb Deep.


Où en est-elle ?
Malgré toutes ses qualités et toutes ses vues YouTube (OOOUUU culmine à plus de 65 millions de vues, tandis que Oh My Gawd, Brooklyn et Body Bag ont rapidement dépassé les 5 millions), on peut toutefois regretter que Young M.A n’ait pas encore sorti d’album. Mais cela est-il réellement surprenant de la part d’une artiste en 2016 ? À l’image de dizaines d’autres rappeurs ou rappeuses, Young M.A avance coûte que coûte, fait ce qui lui plaît et ne demande jamais la permission. Car, en vrai, Young M.A ne se refuse rien. Ni de reluquer les fesses d’une nana dans la dernière pub de Beats By Dre. Ni de se lancer dans des phrases toutes faites sur Facebook («Mon passé est ce qui a fait ce que je suis... La musique est ce qui m'a sauvé»). Depuis ses débuts, c’est simple, elle fait tout pour ne pas installer l’auditeur dans des présupposés confortables, trop satisfaite qu’elle est à l’idée de titiller les certitudes des puristes et intégristes.


Ça ressemble à quoi ?
Get Rich or Die Tryin’. On ne sait pas si Young M.A a fait sienne ce mantra. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que la rappeuse doit beaucoup à la philosophie, et à l’œuvre en général, de 50 Cent. Ce qu'elle en a retenu ? Des titres gonflés à bloc, une attitude parfois gangsta, un rap fier et étincelant, et un sens de la mélodie accrocheur qui, à défaut de s’écouter In Da Club, n’en finit pas d’intriguer.


À quoi ça ne ressemble pas ?
Ne cherchez pas : de toutes les rappeuses actuelles (les Little Simz, Lady Leshurr, Angel Haze et autres), Young M.A est la plus tranchante, la plus agressive, la plus en phase avec les bases du rap. Parce qu’elle est lesbienne, certains médias malentendants tenteront également de la rapprocher d’une scène queer, portée par Cakes Da Killa et Mykki Blanco ; ce serait oublier à quel point Young M.A prône un rap sec, sans fioriture électronique, asséné méthodiquement. En clair, elle baise la concurrence.


Que faut-il faire d’elle ?
Chacun de ses nouveaux morceaux semble être condamné à être son meilleur, et ce jusqu’à ce qu’elle en sorte un nouveau. Alors, un conseil, suivez-la de près.

++ La page Facebook et les comptes YouTube, Soundcloud, Instagram et Twitter de Young M.A.