The Trumps : White Supremacists

Cette saga familiale, qui jusqu’ici s’intitulait uniquement The Trumps (The Donald pour les initiés) et se voyait suivie par les Américains depuis la fin des années 70, a été complètement rebootée en novembre 2016 suite à l’élection du Victor Newman de la série comme président des États-Unis. Afin de vous aider à suivre les prochains épisodes, vous trouverez ci-dessous un rappel des précédents ainsi qu’une rapide biographie des personnages principaux.


The Trumps : Ivana et les années yuppies (milieu des années 70 et années 80)

Les lieux :
trumptower
- La Trump Tower, sur la 5ème Avenue à Manhattan, New-York. Achevée en 1983, elle abrite le siège de la Trump Organization. Le penthouse du dernier étage est également le domicile principal de la famille Trump. Le reste de l’immeuble est divisé entre logements de luxe, bureaux et boutiques.
- La villa Mar-a-Lago, située à Palm Beach en Floride et rachetée à ses propriétaires par Trump (après une âpre bataille) en 1985. Ce complexe hôtelier étendu sur 10 000 m² comprend des terrains de golf et la superbe villa de villégiature des Trumps. Lors d’un shooting sur place pour Versace en 1994, Donatella raconte avec dégoût que Donald n’avait eu de cesse d’interrompre les séances pour lui proposer des seaux de KFC. 
- La Trump Organization : située dans la Trump Tower, c’est l’entreprise familiale. Spécialisée dans l’immobilier, elle gère aussi les hôtels, vignobles, terrains de golf et casinos de la marque Trump.

Donald Trump
donald2
Personnage principal du soap-opera. Né en 1946 dans une partie huppée du Queens, il reprend la société immobilière de son père et profite alors de la banqueroute de New-York dans les années 70 pour construire des immeubles clinquants de vulgarité sur des terrains rendus abordables par la crise dans Manhattan. Sa marque de fabrique, c’est «il faut que ça se voie», et c’est dans cette optique qu’il impose son nom en gros sur ses constructions. Trump devient une personnalité new-yorkaise, non seulement pour ses buildings mais aussi grâce à ses coups d’éclats dans la presse, déjà, qu’il utilise pour se fabriquer une aura de succès alors qu’il n’est pas encore réellement milliardaire.

Ivana Trump
ivana3
Née Ivana Marie Zelníčková Winklmayr en 1949 en Tchécoslovaquie (République Tchèque). Soi-disant championne de ski et ayant fait partie de l’équipe olympique tchèque de 1972, bien que le président de la Fédération réfute ces informations. Elle recontre Donald Trump dans un club à New-York et l ‘épouse en secondes noces en 1977 dans une cérémonie grandiose. Elle est le designer d’intérieur et la conseillère officieuse de toutes les constructions Trump. Le couple est très mondain et bénéficie d’une certaine notoriété dans le milieu huppé de Manhattan et la presse people locale. Elle surnomme son époux The Donald, surnom qui sera repris par la presse.
Divorcée de Trump depuis 1991, elle reste très liée à Donald dans la propriété duquel elle a épousé son 4ème mari, et souhaite désormais obtenir du président élu un poste d’ambassadrice en République Tchèque. Ivana est également la fashion icon de Patsy Stone (son look est basé sur celui de la première épouse Trump, d’après Jennifer Saunders).

Freddy Trump Jr. & Freddy Trump Sr.
freddysr
Le frère aîné de Donald, Frederick "Freddy" Trump Jr. est le mouton noir de la famille. Il ne montre aucun intérêt pour l’entreprise familiale fondée par Frederick Trump Sr. et ne goûte guère les «petits arrangements» dans le business de son père et son frère Donald, fils favori de Fred Sr. Son passage forcé dans la société Trump dans les années 70 le fera tomber dans l’alcoolisme dont il mourra à 43 ans, en 1981. Entretemps, il aura réalisé son rêve en devenant pilote de ligne chez Pan Am Airlines et aura eu un fils, Fred III. À la mort de Frederick Trump Sr. en 1999, le testament de ce dernier rédigé par Donald (le père souffrant alors de démence) écarta les enfants de Freddy Jr. de l’héritage familial. En réponse au procès intenté par ses neveux, Donald coupa l’aide médicale attribuée par la fondation Trump au fils de Fred III (donc petit-fils de Freddy Jr.), atteint d’infirmité cérébrale motrice

Donald Trump Jr . 
donald3
Né en 1977, Donald Jr. est le fils aîné de Donald et Ivana. Passionné de chasse depuis l’adolescence, il explique que tuer des animaux (et parfois même des espèces protégées) l’a aidé à surmonter le divorce très médiatisé de ses parents. Il travaille comme superviseur à la Trump Organization. En 2005, il épouse Vanessa Haydon, un ancien mannequin. Ensemble, ils ont 5 enfants.

Eric Trump
eric2
Le second fils de Donald et Ivana est né en 1984. Directeur des acquisitions à la Trump Organization, il partage la passion pour la chasse de son frère Donald Jr. Il dirige également les 18 clubs de golf de son père ainsi que son vignoble personnel, et possède sa propre fondation pour enfants malades. Sa fondation a été sous le feu de l’actualité pendant la campagne présidentielle de 2016 car il est apparu que toutes les donations qu’elle recevait servaient à payer la location des terrains de golf de Donald Trump pour les événements caritatifs censés subventionner l’association d’Eric. Il épouse Lara Yunaska en 2014.

Ivanka Trump
ivanka
La fille aînée (et enfant préféré) d’Ivana et Donald Trump, dont il a dit «si elle n’était pas ma fille, je sortirais avec». Ivanka naît en 1981. Mannequin à l’adolescence, notamment pour Thierry Mugler (pas encore Manfred), pour qui elle défile en compagnie de sa mère dans ses shows extravagants des années 90. Ivanka est présidente du développement et des acquisitions à la Trump Organization. Elle possède également sa propre ligne de bijoux et de vêtements. Poursuivie en justice de nombreuses fois pour contrefaçon de modèles déjà existants et pour la non-conformité aux normes de sécurité de ses produits, sa marque se retrouve encore une fois plongée dans une polémique après la révélation qu’aucun vêtement de sa ligne n'est fabriqué aux États-Unis, ce qui va à l’encontre des déclarations de son père sur le Made in America pendant sa campagne.
En 2009, elle se convertit au judaïsme et épouse Jared Kushner, fils d’un autre magnat new-yorkais de l’immobilier dont il dirige la compagnie en plus d’être propriétaire du magazine New York Observer. Ensemble, ils ont 3 enfants, ce qui permettra à Ivanka de publier des livres de conseils sur l’éducation des enfants et les difficultés rencontrées par les mères actives.

1989 : La saison cliffhanger

Arrivée de Marla Maples au casting.
marlaCette ancienne reine du bal de son lycée dans l’État de Géorgie née en 1963 devient la maîtresse de Donald. Les médias s’emparent de l’affaire et la saga du divorce d’Ivana et Donald - mais aussi la liaison de Marla et Donald - vont alors alimenter tous les magazines people et les tabloïds pendant plusieurs années. Ivana et Donald les utilisant chacun pour attaquer l’autre, jusqu’à leur divorce qualifié «du siècle» par la presse. D’un côté Ivana, l’épouse trompée, est soutenue par le New York Post et trouvera même une oreille attentive et une épaule réconfortante en Liz Smith, qui tient la chronique people du tabloïd. Pas un jour ne passe sans que l’«affaire» ne fasse la une, dont celle devenue mythique citant Marla MaplesLe meilleur sexe de toute ma vie» au-dessus d’une photo de la tête de Donald). Ce dernier peut compter sur le soutien du tabloïd de supermarché The National Enquirer (précurseur en fausses news et qui sera aussi l'une des très rares publications, avec sa version online Radaronline, à le soutenir pendant et après la campagne présidentielle de 2016, le président du groupe média propriétaire du titre ainsi qu'entre autres du Sun, David J. Pecker, étant un ami personnel de Donald).

Résumé de la saison :
Décembre 1989, Aspen dans le Colorado. Donald et Ivana passent leurs vacances de Noël dans la chic station de ski américaine. Donald a en douce invité Marla, qui s’impatiente et veut qu’il divorce au plus vite. Une confrontation a alors lieu en haut des pistes à la sortie des tire-fesses. La maîtresse se dirige vers l’épouse ; elles portent toutes les deux la même tenue de ski offerte par Donald. Marla se présente alors comme la maîtresse de Trump et demande à Ivana d’accepter le divorce.

Trump, lui, ne voulait pas divorcer, la situation lui convenait («le business marchait bien, j’avais une belle femme, une très belle maîtresse... j’étais très bien») et il accuse la presse d’avoir ruiné son bonheur en rendant publique sa liaison. À propos de la confrontation entre sa femme et sa maîtresse à Aspen, loin du repentir, il confiera : «ce dont je me souviens, c’est qu’il n’y a pas eu de cris ; je me suis retrouvé au milieu des deux mais ce qui m’a marqué, c’est ce type très laid et énorme qui devait faire 150 kilos qui m’a ensuite dit que ma situation n’était pas si terrible que cela comparée à lui, qui venait depuis 20 ans à Aspen et n’avait jamais réussi à obtenir un seul rendez-vous galant».

marlaivana
Pendant trois ans, les Trump vont se battre en public. Donald, pourtant fautif, refuse de donner un seul dollar à son épouse ; celle-ci se lance alors dans une bataille médiatique. À travers le National Enquirer, Donald attaque le physique d’Ivana qui, elle, fait le tour des talk-shows télévisés en femme trompée éplorée. L’Amérique prend fait et cause pour Ivana l’épouse bafouée. En jeu, il y a des millions de dollars, et Ivana veut sa part puisqu’elle a participé au succès de l’entreprise Trump (elle dirige à ce moment le Trump Plaza).

Ivana se lance également dans une série d’opérations de chirurgie esthétique largement relatées par la presse. Marla Maples, devenue «l’autre femme» pour l’Amérique tout entière, ne supporte plus la pression médiatique et fait alors elle-même pression sur Donald pour qu’il accepte les termes du divorce demandés par Ivana. En 1991, Ivana obtiendra finalement 13 millions de dollars plus une pension alimentaire annuelle d’1,5 millions pour leurs trois enfants. En femme d’affaires avisée, elle profitera de l’affection qu’elle a suscitée auprès des Américains pour faire fructifier son pactole grâce à des lignes de vêtements, de bijoux et même des romans à l’eau de rose (dont un inspiré de sa propre vie), qui ont tous connu un succès invraisemblable. Triomphante, elle place ses enfants en pension, s’exile sur un yacht en Méditerranée, épouse un pseudo comte italien, devient une figure des nuits tropéziennes et l’amie intime de Massimo Gargia.

Pour en savoir plus sur Ivana et Donald, cet article de
Vanity Fair US et The divorce of the Trumps.

The Trumps : Marla et la banqueroute (années 90)

Donald n’est pas au bout de ses peines, car c’est à présent Marla qui refuse de signer son accord prénuptial et propose un break en attendant que Trump accepte ses conditions. Il va alors appeler le magazine People en se faisant passer pour son porte-parole («John Miller») auprès du journaliste qui reconnaît immédiatement sa voix et enregistre la conversation où Trump annonce qu’il a repoussé les avances de Kim Basinger et Madonna (bien que l’année précédente, celle-ci l’avait qualifié de boudin dans le magazine Interview en discutant avec Glenn O’Brien de la possible candidature de Trump à la Maison Blanche) et déclare qu’il fréquente à présent le mannequin Carla Bruni (sans que celle-ci ne soit au courant). Marla accepte alors le contrat prénuptial de Trump. Ils se marient en décembre 1993 après la naissance de leur fille unique Tiffany au mois d’octobre. Trois ans après, ils se séparent, et le divorce sera prononcé en 1999. En 1997, Trump annoncera leur séparation publiquement sans en avertir Marla, dont il est alors séparé depuis un an et demi. Si Donald affirme que la raison de la séparation tient au fait qu’il n’est plus amoureux de Marla, c’est pour cacher l’humiliation publique qu’il a ressentie quand l’année précédente, sa nouvelle épouse avait été retrouvée dans une position compromettante avec son garde du corps Spencer Wagner sur une plage de Floride. Marla Maples, qui depuis trois ans tentait en vain de percer comme actrice et de faire oublier son image de briseuse de couple, part alors s’installer en Californie avec sa fille (le vilain petit canard de Donald Trump) pour être plus proche de Hollywood et de l’Église de la Kabbale dont elle est membre. Elle s’opposera publiquement à la candidature de Trump à la présidence des États-Unis avant d’être menacée de se voir retirer sa pension alimentaire.
tiffany
Parallèlement, Donald doit faire face à deux banqueroutes de sa compagnie en 1991 et 1992. Il doit se séparer de son casino le Taj Mahal à Atlantic City, du Trump Plaza à New-York etc.
Jusqu’en 2009, Trump va connaître plusieurs banqueroutes, dont la principale en 2004 avec 500 millions de dollars de dettes, ce qui l’oblige à céder presque la moitié des actions de sa compagnie à ses actionnaires.

The Trumps  : La télé-réalité et Melania (années 2000)

Séparé mais pas encore divorcé de Marla (pour des raisons de contrat nuptial, ils attendront 1999 pour dissoudre cette union et Marla empochera seulement 2 millions de dollars comme convenu), Trump rencontre Melania (née Melanija Knavs en 1970 en Slovénie), chose mannequinisante lors d’une soirée à New-York en 1998 où il s’était rendu avec une autre. Leur relation n’aura pas le même impact médiatique que celles avec Ivana et Marla, l’étoile Trump ayant entretemps pris un sacré coup. Vieillissant, en banqueroute, il n’intéresse plus autant. Avec ses casinos et ses hôtels en déroute, la marque Trump n’attire plus, et les tentatives désespérées de Donald pour la faire fructifier à travers des livres de conseils sur le business et du merchandising à sa propre gloire sont autant de coups d’épée dans l’eau. Trump et sa marque, en ce début des années 2000, ont l’air aussi datés que l’anachronique et clinquante Trump Tower.
melania
En 2004, il vient de céder la moitié des parts de sa société à ses actionnaires et accepte de mettre en scène sa faillite dans les talk-shows où il reste un bon client ; la chaîne NBC lui propose alors sa propre télé-réalité, dont il sera également co-producteur. Dans The Apprentice, plusieurs candidats s’affrontent dans des épreuves où chacun doit mener à terme son idée de business, le gagnant remportant un contrat d’un an dans la Trump Organization. L’autre personnage emblématique de la série est Omarosa, une candidate de la première saison devenue «la femme la plus détestée d'Amérique» en raison de son comportement dans l’émission. Elle vient de rejoindre l’équipe de transition du président élu.
omarosa
La star du show, c’est Trump, dont la catchphrase «You’re fired» après chaque élimination de candidat refait de lui une figure de la culture populaire américaine. The Apprentice bat tous les records d’audience pendant près de dix ans, jusqu’au départ de Trump en 2015 pour préparer sa campagne présidentielle.

À nouveau populaire, son couple avec Melania intéresse maintenant la presse. Ils se marient en 2005 et leur fils Barron (que Donald transfome en «Mini-Me») naît en 2006. Tous les enfants Trump à l’exception de Tiffany participent à The Apprentice en tant que guest-stars ou conseillers. Melania y fait également une apparition pour promouvoir sa crème de soin au caviar pour le visage ainsi que sa ligne de bijoux. L’inception est totale lorsqu’il participe dans son propre rôle au soap Days of our Lives (sur le tournage duquel il sera filmé lâchant son fameux «grab them by the pussy» à Billy Bush, venu l’interviewer). 
barron
Trump est au sommet, mais il s’ennuie et a besoin d’un nouveau challenge.

The Trumps : Poutine, Twitter et la Maison Blanche (fin des années 2000 et première moitié des années 2010)

Au mois de mars 2009, Trump ouvre son compte Twitter (ses archives sont à retrouver ici) dont il se sert pour polémiquer avec celles et ceux qu’il considère comme ses ennemis, c’est-à-dire qui ont osé le critiquer, à l’instar de la comédienne et présentatrice de talk-show Rosie O’Donnell qui est sa victime préférée (et qu’il évoqua lors du premier débat l’opposant à Hillary Clinton). Grâce à ses tweets souvent écrits en pleine nuit, il va s’attaquer d’abord à ses concurrents lors de l’investiture républicaine à la candidature à l’élection présidentielle, puis à son adversaire du parti démocrate Hillary Clinton. Après son élection en novembre 2016, il annonce vouloir mettre fin aux conférences de presse à la newsroom de la Maison Blanche pour les remplacer par des tweets et s’attaque pêle-mêle et sans relâche au gouvernement chinois, à l’émission parodique Saturday Night Live ou encore à Arnold Schwarzenegger, son remplaçant à la tête de The Apprentice.

Lors de la campagne présidentielle, il se rapproche des white supremacists américains et nomme même Steve Bannon, leur leader et propriétaire du site de fausses news Breibart, comme président de sa campagne.
steve
Donald Trump à présent élu Président des États-Unis grâce à l’intervention informatique du président russe Vladimir Poutine, The Trumps entre dans une nouvelle ère du feuilleton dont la nouvelle saison débutera officiellement le 20 janvier 2016 :

The Trumps : White Supremacists (deuxième moitié des années 2010).


Visuels : Hillel Schlegel.