Moi qui n'ai plus rien à perdre ni à vivre ici, j'y trouve bien sûr en partie mon compte et me sens moins seul. Pendant que d'aucuns s'indignent, je prends plaisir, bien sûr, et je vous en remercie. Mais pardonnez-moi, tout cela sent un peu l'entourloupe. Votre manière est trop tape à l'oeil, votre réticence trop grande à montrer la seule chose que l'on (je!) voudrait voir : un corps nu et réellement offert, la vulve et les fesses roses de cette enfant lascive. Enfant un peu âgée d'ailleurs à mon goût (on ne se refait pas !!).

Vous vous montrez beaucoup trop insincère dans votre manière de filmer ce corps, rien n'indique réellement votre amour ou votre désir pour ces seins non formés et cet air effronté invitant aux plus strictes punitions. A moins que vous ne vous censuriez, ce qui ne m'étonnerait guère bien entendu. Si c'est le cas, je ne puis que compatir.

Comme j'ai essayé de l'expliquer à plusieurs reprises - sans succès !- lors de mes procès, l'amour pour les très jeunes enfants, quoi qu'en pense le Droit ou la Société, est chose belle et sincère, jusque dans les actes les plus vils que la morale réprouve. Jusqu'au meurtre, j'ose encore le dire (oups!).

Je suis sûr que vous le comprenez, vous l'auteur d'Irréversible, film qui aurait été absolument par-fait si l'héroïne n'en était pas une vieille dame. Mais ici vous ne filmez que le banal en vous contentant de suggérer pour effrayer les sots. Le sexe et la mort manquent cruellement à ce petit film d'allumeuse. Vous semblez manipuler à des fins de vaine polémique édulcorée la souffrance réelle de ceux comme moi dont les désirs authentiques resteront à jamais incompris ici-bas. Ce faisant vous nous excitez (un peu) mais vous ne nous aidez pas (Dutroux).


Amitiés,
Marc.

PS : désolé pour le calembourg final, à peine digne du Pedrophilia de votre ami Busy P !!