Depuis quelques temps, il ne se passe pas un jour sans que les Républicains américains ne s'attaquent à la priorité des priorités dans la dernière ligne droite de la campagne Romney : redéfinir le viol et ratiociner sur les organes génitaux féminins. Il y a tellement d'hommes blancs machistes qui expliquent aux femmes comment marchent leur vagin que Tina Fey, créatrice de 30 Rock, s'est demandé récemment: "que se passe t-il ? Suis-je une secrétaire dans Mad Men ?".
Car les Républicains évoquent le viol avec la même pertinence que les gynécologue lorsqu'ils analysent le déficit des Etats-Unis.

                

1. Le viol un peu trop facile (Easy rape)
Selon Roger Rivard, représentant républicain au Congrès, "Certaines filles se font violer un peu facilement", c'est-à-dire qu'elles travestissent a posteriori un rapport sexuel consensuel en viol. En général il s'agit de situation de "sexe pré-marital, de sexe consensuel qui se change comme par magie en viol".

               

2. Le viol d'intention divine (God's will rape) :
Pour le candidat républicain Richard Mourdock, le seul cas de grossesse susceptible de justifier un avortement, est le risque vital pour la mère. Dans le cas du viol, il faut préserver la vie coûte que coûte "car c'est ce que Dieu a voulu". Sous le feu des critiques - sauf celle de Mitt Romney qui continue à soutenir Richard Mourdock, ce dernier a expliqué qu'il "abhorait toute forme de violence sexuelle, et qu'il était sûr que le Dieu qu'il vénère abhorre aussi toute forme de violence et de violence sexuelle en particulier.



3. Le viol authentique (legitimate rape) :
Le député Todd Akin s'est rendu mondialement célèbre pour sa distinction entre viol "authentique" et viol "consensuel". Et ce afin de rassurer les femmes : dans le cas de "vrais viols", leur corps secrète une substance spermicide empêchant toute fécondation. Bon médicalement ça n'est vrai qu'au Moyen-Age, et encore le haut Moyen-Age carolingien, dans certaines régions reculées où ils avaient pas l'info. En revanche théologiquement, ça a un petit côté voie impénétrables assez sympa.


                
4. Le viol forcé ou "d'assaut" (forcible rape) :
Trop de gens considèrent qu'il y a déjà l'idée de coercition dans l'idée de viol. Or il s'avère qu'on peut tout à fait séparer les deux, comme le fait un projet de loi de 2011 qui tente de restreindre la définition des viols ouvrant le droit à un avortement. Pour ses partisans (Todd Akin, mais aussi Paul Ryan, potentiel vice-Président) les grossesses suite à un vrai viol d'assaut "sont rares.

                 
5. Le viol contraceptif
Selon le sénateur républicain de l'Idaho Chuck Winder, il s'agit d'une tactique particulièrement sournoise utilisée par des femmes qui inventent un viol pour mieux justifier un avortement. Fort heureuemsent, elles tombent sous le coup de la jurisprudence du "viol d'intention divine" et l'on ne saurait leur accorder ce droit. La solution pour le médecin qui a affaire à une femme prétendant s'être fait violer : "lui poser des questions à propos de son mariage".


++ bonus auféminin.com : vous cherchez une méthode efficace de contraception ? Le milliardaire républicain Foester Friess, vous propose de "mettre de l'aspirine entre vos cuisses".


J.B.

P.S. : pas d'inquiétude en réalité, Dieu a très bien fait les choses, et afin de protéger les femmes, il a doté toutes ces personnes de bonne grosses têtes de violeurs.