Vous connaissez l’idiot inutile ? C’est le cousin dégénéré de l’idiot utile, celui de Lénine, celui qu’on manipule, sauf que lui sait très bien qu’il sert une cause injuste : il le fait pour servir son ambition personnelle ou celle de son patron. En politique, c’est le sous-fifre qu’on envoie au casse-pipe au début d’un plan com faire le guignol à la télé, lâcher des saloperies à la radio ou sur les réseaux sociaux, lancer les ballons d’essais, gueuler des horreurs pour tâter l’opinion, racheter une image, caresser l’électorat FN et cetera et toutes les basses besognes que son boss n’est pas assez fou pour se coltiner lui-même. S’exposer pour si peu, jamais, en tout cas pas avant d’avoir été totalement sûr que la sortie télécommandée de l’idiot inutile a bien fait mouche auprès de l’électorat. Quel électorat, au fait ? Peu importe, on s’en fout, pourvu qu’il vote. Alors l’idiot inutile reçoit sa récompense : un sucre.
L’idiot inutile, c’est Woerth qui omet exprès les attaques de Merah, ses victimes - les soldats, les enfants -, pour montrer à quel point Hollande est nul comparé à Sarkozy, puisque pendant son mandat à lui aucun attentat n’a été perpétré. Aucun si on omet les attaques de Merah. Non parce que les attaques de Merah c’était pas le 13-Novembre, «c’était autre chose». Et d’abord Toulouse et Montauban, c’est loin de Paris. C’est à six heures en train. A peu près le temps qu’il a fallu au même Woerth pour retourner sa veste face au tollé des twitto et la menace de plainte du père d’une des victimes du (non-)terroriste Merah.
L’idiot inutile, c’est aussi Collard qui accuse le gouvernement de complicité avec Daesh, après que le groupe jihadiste a publié une photo de militants du Front national dans son journal de propagande. Deux mois plus tôt, sa cheffe (Marine) avait fait l’inverse, en postant des images d’exécution sur son Twitter, histoire de bien montrer à ses 900 000 followers - adultes et ados - à quel point l’extrême droite n’a rien à voir avec l’État islamique, même si les bien pensants veulent croire au lien entre la menace permanente et la montée du repli identitaire.
L’idiot inutile, enfin, c’est Claude Guéant qui, la veille de sa dernière mise en examen, affirme ceci : «personne ne peut imaginer que nous étions autour de Sarkozy une bande de voyous». Claude Guéant, c’est une condamnation et deux mises en examen. Quant à l’entourage de Sarkozy (par ailleurs lui-même mis en examen deux fois), c’est trente-deux mis en examen ou condamnés par des juges anticorruption dans plus d’une dizaine de dossiers différents. Et le changement de nom d’UMP en Les Républicains n’a rien pu faire pour eux.
Puisqu’on parle de Les Républicains : le parti a trouvé son idiot inutile de la semaine. Il s’agit du député de l’Oise, Edouard Courtial. Edouard Courtial a une idée pour lutter contre la fraude sociale : il veut faire signer aux bénéficiaires des allocs une charte pour les forcer à respecter «les principes fondamentaux de la République française» et «la laïcité et l’égalité homme-femmes». Oui, car c’est bien connu, les bénéficiaires des allocs qui sont très souvent des Arabes et des Noirs venus en France rien que pour toucher les aides, égorger des moutons et faire élever leurs huit enfants par leurs trois femmes - voilées -, ne respectent que très rarement les principes de la République - «Liberté, Egalité, Fraternité» - qu’ils foulent de leurs babouches. «Laisser au FN ce type d’initiative, c’est lui donner les clés des institutions», justifie un Courtial plus vrai qu’extrême droite, raconte Libération. Le quotidien consacre un billet (méchant) à cette tête de nœud antifraternelle qui sous prétexte d’adhérer à un parti autoproclamé «républicain» croit pouvoir s’approprier le mot, le piétiner et y dégueuler sa bile xénophobe à des fins électorales. Je vous conseille de le lire, il est très instructif. On y apprend que si la fraude sociale avoisine les 800 millions d’euros tous les ans en France, «la fraude fiscale, elle, en représente 3,43 milliards». C’est certes beaucoup plus que le dépassement des frais de campagne de Sarkozy en 2012, mais ça en dit surtout long sur l’intérêt de la mesure proposée par Courtial, pardon par l'idiot inutile.