une_detournement

Eclipsée par les affaires de Rugy, voilà donc une autre affaire de détournement de fonds publics qui devrait un peu raffermir le lien qu'entretiennent les Français avec leurs élus. L'ancien secrétaire général du PS, Jean-Christophe Cambadélis, est visé par une enquête préliminaire du Parquet national financier sur l'utilisation de ses indemnités de frais de mandat. On sait que cette enveloppe d'environ 6000 euros doit être utilisée dans des cadres désormais très contrôlés (représentation, salaire des collaborateurs,  loyer de la permanence), mais Cambadélis ne devait pas le savoir, lui, de même d'ailleurs que les 14 autres parlementaires concernés par cette enquête. 

Si l'on résume donc l'actualité politique à gros traits, on trouve : 

- Un ministre de la Transition écologique qui mange du homard aux  frais du contribuable ;

- Un parti qui se veut le premier parti d'opposition de France qui a utilisé l'argent de l'Union européenne pour financer des postes internes ; 

- Un ancien Président de la république visé par un nombre incalculable d'enquêtes ; 

- Son meilleur ami et maire de Levallois depuis 30 ans en attente de verdict pour fraude fiscale, corruption et blanchiment de fraude fiscale  ;

- Des parlementaires de tout horizon qui ont confondu l'argent public et leur argent de poche. 

Mais ne nous inquiétons pas pour la démocratie représentative, à mon avis elle peut encore tenir à ce rythme-là. 

(Source : Le Monde)