une_fillon

François Fillon n'est pas devenu président de la République et, apparemment, il le vit mal. Non qu'il regrette de n'avoir pas eu accès aux ors de l'Elysée ou que sa soif de pouvoir ne puisse se satisfaire de son statut d'ex-premier ministre : non, ce qu'il regrette, c'est de n'avoir pu assister depuis ses fenêtres à une vraie insurrection nationale devant la dureté de ses réformes d'orthodoxie libérale. Et c'est vrai que 2,5 millions de gilets jaunes, ça aurait été un vrai plaisir pour tout le monde, à n'en point douter. 

Si vous voulez assister à cet entretien en entier avec le plaisir coupable de celui qui entend un vieux copain perdu de vue raconter des trucs ahurissants, vous n'avez qu'à appuyer sur play.