nominations_oscars

5 femmes sur environ 455 nommés, soit 1,1%. Et une seule gagnant, Kathryn Bigelow pour Démineurs, en 2010. Hollywood balayé par Metoo depuis 3 ans n'y aura rien changé : en 2020, le meilleur réalisateur sera un homme et c'est comme ça. Mais pourquoi les femmes réalisatrices ne parviennent-elles pas à s'imposer auprès de l'Académie des Oscars ? Il y a plusieurs explications possibles. 

"Si c'est pour faire des films sur la couture et les ragnagnas, merci mais non merci !"

On le sait, la plupart des films sont les émanations directes de la vie de ceux qui les réalisent. Alors forcément, on aura plus tendance à s'intéresser à un gros film de bagnoles mettant en lumière les aventures d'un type bien viril qui conduit vite et défonce des tronches qu'à un petit film fragile sur une femme qui fait de la couture en attendant que son mari revienne du travail. Après tout, on en a la preuve : la seule réalisatrice à avoir gagné a fait un film de guerre. 

"De toutes façon, les femmes ont moins de talent créatif que les hommes"

Là encore, c'est connu : pour ce qui est de penser le monde, il faut demander aux hommes et pour ce qui est de réussir un bon poulet, il faut demander aux femmes (sauf évidemment si ce poulet est prévu pour une soirée mondaine et non pour la vie domestique). Or, qu'est-ce que réaliser un film si ce n'est donner à voir le monde tel qu'on le perçoit ? Logique, évidemment. 

"La réalisation, c'est technique, c'est un métier de mec"

Ah bah là les chiffres parlent d'eux-mêmes : on voit bien peu de femmes dans les écoles d'ingénieur. Il en va de même avec la réalisation : gérer les cadrages, faire marcher la caméra, brancher des fils et s'assurer que tout marche... Demandez un peu à ma femme, elle n'est pas même pas capable de faire marcher un ordinateur, alors !

"La réalisation, c'est du management, c'est un métier de mec"

Quiconque a déjà travaillé en entreprise sait bien que seuls les hommes ont la poigne nécessaire pour manager des équipes, ce qui justifie d'ailleurs l'écart de salaire entre hommes et femmes. On ne voit pas pourquoi le cinéma échapperait à la règle et le métier de réalisateur (pas comme celui d'assistante, par exemple), c'est un métier de management. 

"Toute l'industrie cinématographique est aux mains d'hommes qui décident entre eux et valorisent les créateurs au détriment des créatrices, lesquelles sont bien souvent cantonnées à un rôle de faire-valoir, voire d'objet érotisé"

C'est peut-être bien la vraie raison. Le test de Bechdel montre que près de 60% des films présentent les femmes comme de simples faire-valoirs des personnages masculins dont l'unique moteur est précisément leur rapport aux hommes. De la même manière, en 2017, un rapport du CNC portant sur la période 2006-2015 en France a mis en avant des inégalités frappantes : en 2015, 52 films avaient été réalisés par des femmes contre 248 par des hommes, soit environ 20%, pour un budget moyen inférieur d'un quart à celui des productions portées par un homme. De là à dire que le cinéma reste un milieu largement masculin, il n'y a qu'un pas. Hop, il est franchi.