une_larousse_machiste

L'excellente Diane Moinet a repéré ces quelques définitions particulièrement édifiantes (parmi d'autres) du Larousse et en livre une analyse très intéressante que nous retranscrivons ici in extenso :

"Je me souviens du jour où j'ai appris avec stupéfaction que les dictionnaires n'étaient ni neutres ni objectifs, mais reflétaient la pensée, les opinions de leurs auteurs et autrices. C'était à l'université, et moi qui ne jurais jusqu'alors que par l'exactitude et la précision des dictionnaires, j'étais tombée de haut.

Depuis, j'ai découvert l'excellent ouvrage L'Académie contre la langue française écrit sous la direction d'Eliane Viennot, qui remet l'Académie française à sa place, c'est-à-dire bien bas. Au cours des siècles, l'Académie a en effet sciemment orchestré la minimisation voire l'effacement du féminin dans la langue, que ce soit grammaticalement (ex : invention de la règle d'accord "le masculin l'emporte sur le féminin") ou lexicalement (ex : la suppression de termes renvoyant à des fonctions occupées par des femmes et considérées comme prestigieuses : autrice, philosophesse...).

Aujourd'hui, c'est au tour du Larousse de susciter ma colère. Suite à de nombreuses remontées depuis hier, la page définissant "présidente" comme sur ma capture d'écran a été supprimée. Cependant, il reste encore beaucoup de définitions inadmissibles en 2020. En voici quelques autres, mais combien y en a-t-il encore ? Force est de constater que le chemin est long..."

Voici les quelques définitons qu'elle a repérées :

presidente

mecanicienne

guerriere

chanceliere

boulangere

bouchere

ambassadrice

(Source : Diane Moinet, merci à Oriane pour la suggestion)