EN CONFINEMENT AVEC SHANE SMITH_VICE_TV

Dans un entretien avec Shane Smith, fondateur de Vice, le lanceur d'alerte montre pourquoi l'obsession sécuritaire est la cause et la conséquence de la crise. Décryptage. 

Idée reçue n°1 : La pandémie est exceptionnelle et était impossible à prévoir

Étrange de constater que certains politiques font comme si le SARS et Ebola n'avaient pas existé. Des risques de pandémies sont pointés depuis des années par les virologues et les épidémiologistes, parce qu'ils sont consubstantiels à la mondialisation, la surpopulation et la concentration humaine dans les métropoles. Pourtant, comme le rappelle Snowden, les gouvernements ont préféré désosser le système hospitalier et appauvrir la recherche au profit des technologies de surveillance de masse. 

Idée reçue n°2 : Les régimes autoritaires gèrent mieux l'épidémie

C'était le refrain à la mode au début de la pandémie : la dictature chinoise serait la plus efficace pour endiguer la propagation. Mais l'affaire des urnes funéraires a commencé à lever le voile du mensonge. Pour Snowden, les chiffres fournis par la Chine ne sont pas la preuve que les autocraties sont plus efficaces mais qu'elles contrôlent davantage l'information. L'expulsion des journalistes étrangers du pays est d'ailleurs l'un des signes d'une volonté d'éradiquer toute source d'information indépendante. D'ailleurs, le lanceur d'alerte rappelle que la grippe espagnole venait des tranchées mais que l'Espagne étant neutre lors de la première Guerre Mondiale, elle a été la seule nation où la presse a pu parler de la maladie.  

Idée reçue n°3 : Le tracking est une solution efficace

Si les applications comme celles développées en Corée du Sud sont parfois montrées comme des solutions miracles, Snowden explique qu'elles sont totalement inutiles puisque les données extraites sont beaucoup trop nombreuses et complexes pour être efficacement analysées. Par contre, il ne faudrait pas oublier que la surveillance par nos mobiles a déjà lieu et que l'épisode actuel va légitimer cette méthode, par des partenariats public-privé dangereux pour les droits des citoyens. A terme, nos portables pourraient devenir nos bracelets électroniques.

Idée reçue n°4 : L'Etat d'urgence sera éphémère 

L'Etat d'urgence sanitaire n'est que le prolongement des états d'urgence institués depuis les attentats du 11 septembre et les attaques terroristes en Europe. L'urgence est devenue notre quotiden et les gouvernements pourront toujours arguer d'une nouvelle vague de contamination, d'une nouvelle menace pour réduire encore et encore les libertés. Les pandémies risquent de structurer nos vies et déterminer à terme qui pourra avoir un travail ou qui ira à l'école.

L'intégralité de l'entretien est à découvrir ici