Les violences policières n'existent pas si elles ne sont pas filmées. On peut flouter les visages, ça ne floutera pas la violence. Ce ne sont pas les images qui sont violentes mais les actes. Tout notre soutien à Michel Zecler.