Enx0zwiW4AAB4eX

Hier soir au 20H de France 2, Anne-Sophie Lapix (impeccable) recevait Gérald Darmanin et son épi capillaire suite à la diffusion par Loopsider et le journaliste David Perrotin de la vidéo du passage à tabac de Michel Zecler par des policiers. Interrogé par la journaliste au sujet des images des violences policières sur le producteur de musique samedi et place de la République lundi, le ministre a utilisé le verbe très familier "déconner" pour qualifier l'action des policiers. Anne-Sophie Lapix a alors repris l'expression "déconner comme vous dites" étonnée  (sans doute) par cette familiarité dans la bouche d'un ministre sur un média national à une heure de grande écoute pour, qui plus est, qualifier des actes graves les ramenant ainsi à un moment d'égarement. Dire que ces actes sont le fait d'individus et non pas de toute la corporation est d'ailleurs la ligne de défense des autorités ce qui ramène à l'article 24 de la loi sécurité globale sur le floutage des policiers car justement en floutant les visages des individus responsables cela retire leur responsabilité personnelle pour la reporter sur toute l'institution, les policiers floutés ne sont alors plus que des uniformes.  Sans ces images il n'y aurait pas eu d'enquête non plus et la victime serait restée coupable comme le formule Michel Zecler.

Sans ces images l'Elysée n'aurait pas fait fuiter son "choc" via ses conseillers et le projet lunaire de "s'adresser aux jeunes" en réponse. Michel Zecler a 41 ans.

Anne-Sophie Lapix, percutante, a demandé à Gérald Darmanin, désarçonné, s'il avait envisagé de démissionner ou de se séparer du préfet de Paris, le très controversé Didier Lallement. Le ministre a répondu par la négative.

Gérald Darmanin et son épi n'envisagent pas de déconner du gouvernement. L'enconnage continue donc tandis que la déconnexion entre l'Etat, la Police et les citoyens grandit.