LINDA HUNT : la naine oscarisée

 

 

Linda Hunt est un peu la naine de prestige de cette sélection non exhaustive de personnes touchées par le nanisme. Agée de 67 ans, cette actrice a une carrière longue comme ses deux bras additionnés. On l'a ainsi vue dans une vingtaine de films, autant de téléfilms, et les téléspectateurs peuvent actuellement admirer ses talents de comédienne dans la série NCIS Los Angeles toutes les semaines sur M6.

Mais c'est en 1983 qu'elle s'est fait connaitre du grand public en remportant l'oscar du meilleur second rôle pour sa prestation magistrale et transgenre dans L'année de tous les Dangers de Peter Weir, film dans lequel elle campait le rôle de Billy Kwan, un photographe Sino-Australien.

 

Traits particuliers :

Edna, le personnage du film d'animation Les Indestructibles, est inspiré d’elle. Femme de challenge, Linda Hunt aime à cumuler les handicaps dans la vie, étant donné qu'elle est également lesbienne.

 

 

MIMIE MATHY : la naine grand public

 

 

Qu’on ait 7 ou 77 ans et d'aussi loin qu’on s'en souvienne, on a toujours connu Michèle, aka Mimie Mathy. La naine la plus connue de France et de Navarre a commencé sa carrière dans les années 80 aux côtés d'une autre Michèle au physique peu évident mais dont l'humour trouve un certain écho chez les lectrices de Pleine Vie : Michèle Bernier. Ensemble, elles ont créé le trio Les Filles (avec Isabelle de Botton) qui a su redonner ses lettres de noblesse au théâtre de boulevard.

La suite est désormais connue de tous : Mimie est devenue une superstar plébiscitée par les Français qui raffolent de ce programme de qualité qu'est Joséphine, Ange Gardien. Un programme qui perdure depuis maintenant une belle quinzaine d’années. Elle y interprète une fée tour-à-tour mutine, casse cou et débonnaire, toujours prête à rendre service et à aider son prochain. Soit l’incarnation parfaite des valeurs de TF1.

 

Traits particuliers :

Entre ses apparitions récurrentes aux Enfoirés et son rôle d'ambassadrice de l'Unicef, Mimie est purement et simplement l'équivalent de Yannick Noah. Version blanche. Et naine. Et féminine.

Sacrés Français, toujours prêts à dire qu’ils aiment des gens qu’ils n’inviteront jamais à diner !

 

 

GIANT COO COO : le nain coquin

 

Né à l’état civil sous le nom de Désiré Bastareaud, l’acteur a connu la "gloire" en incarnant l’ami de mademoiselle Lola (aka la SDF la plus connue de France, Mallaury Nataf) dans Le Miel et les Abeilles. Cette série télévisée suivie par des millions d’ados - et de pédophiles - dégénérés, fut la tête de gondole d’AB Production dans les années 90. Mais avant cela, Giant Coo Coo aimait déjà fricoter avec des jeunes filles pour qui le port de la culotte n’était pas une nécessité. Giant a en effet fait ses premiers pas dans le chaudbiz en tant qu’acteur porno. Ses plus grands faits d’armes cinématographiques s’intitulent Qui m’aime me Suce et Le Nain Assoiffé de Perversité, notamment aux côtés de Catherine Ringer, chanteuse des Rita Mitsouko, qui a elle aussi connu une vie mouvementée avant de devenir l’idole des candidats de la StarAc’.

Comme le chantait si bien cette dernière, les histoires d’A finissent mal, mais les histoires de Q aussi. Giant fut ainsi arraché à la vie de manière prématurée à l’issue d’un accident de voiture. L’insatiable Giant avait-il confondu son manche avec le levier de vitesses ? Rien n’est moins sûr… Et lorsque l’on pense qu’une télé-réalité n’a même pas eu le temps de s’intéresser à son cas, on se dit que la vie est bel et bien une chienne.

 

Traits particuliers :

Giant c’était un peu le freak show à lui tout seul : trois jambes, nain et noir.

 

 

PASSE-PARTOUT : le nain tout-terrain

 

 

Fort d’une endurance et d’un mental sans pareils, André Bouchet, mieux connu sous le sobriquet pas du tout moqueur de Passe-Partout (une référence à Jules Verne ?), aurait pu être le prof d’EPS idéal mais la cruelle loterie de l’ADN en a décidé autrement. Point d’éducation nationale pour lui mais plutôt la voie du showbiz. André a fait ses premiers pas à l’écran dans le clip Tristana de notre idole nationale, Mylène, où Laurent Boutonnat, le Leos Carax du mainstream, avait imaginé un remake des 7 nains. Ca ne s’invente pas. Grâce à ce tremplin sans pareil, André a tapé dans l’œil du directeur de casting de Fort Boyard, un programme qui restera à jamais gravé dans nos coeurs puisqu’il nous a permis d’y découvrir un Patrice Laffont jovial avant qu’il ne devienne un vieux réac de droite extrême.

 

Petit être sautillant et guilleret, il a complètement volé la vedette à son acolyte Passe-Temps (et Passe-Murailles) qui, en comparaison, ne paraît être qu’un gnome lambda de seconde zone. Face à tant de succès, il a même pu se lancer dans la chanson, pour le plus grand bonheur de tous les mélomanes de l’Hexagone.  

 

 

Le site officiel de Passe-Partout nous apprend qu’il a à présent raccroché les gants du show biz et se consacre dorénavant à sa carrière d’agent de la RATP. Il amuse désormais la galerie souterraine en somme…

 

Traits particuliers :

Aurait pratiqué un threesome avec Sophie Davant et Felindra tête-de-tigre.

 

 

PETER DINKLAGE : le nain beau gosse

 

 

Peter c’est un peu la superstar des nains, celui qui a bouleversé les codes de l’esthétique, fait tanguer les lois de l’attraction et propulsé le nanisme dans la fameuse A-List d’Hollywood. Car la véritable star de Game of Thrones, c’est lui. Les combats complètements barbares, les sessions de levrette familiales, ça va bien cinq minutes, mais au fond, ce qui intéresse vraiment les téléspectateurs, ce sont bien les joutes verbales et les nombreuses conquêtes du farfadet chaudard. Preuve tout à fait tangible de son sex appeal hors-normes : il a figuré dans la prestigieuse shortlist de l’homme GQ de l’année 2011 (auriez-vous sincèrement imaginé Willow, le nain du film homonyme avec Val Kilmer, figurer dans la liste Elle des hommes les plus sexy de l’année 1988 ?), et il a même fait la couverture de Rolling Stone, à l’instar d’une véritable rockstar !

Autrefois, Aaliyah nous chantait "age ain't nothing but a number", aujourd'hui Peter nous dit "size doesn't matter". Souvenez-vous, c’est lui qui, sous les traits de Marlowe, détournait cette idiote de Julia de la voie de la fidélité dans Nip/ Tuck.

 

Traits particuliers :

S’apprête à sortir une cover toute personnelle de Sex Dwarf de Soft Cell.

 

 

 

GARY COLEMAN: le nain de la lose

 

 

Des débuts tonitruants, puis une longue descente aux enfers : Gary Coleman, c’est le tourbillon de la lose à lui tout seul. On pourrait même se demander si tout le cast d’Arnold & Willy (Diff’rent Strokes en VO) ne s’est pas fait jeter un sort (Todd Bridges qui jouait son frère Willy est devenu accro au crack, et Dana Plato qui interprétait le rôle de Virginia a échoué dans des pornos avant d’être retrouvée morte dans sa caravane en 1999). Il semblerait que les dieux se soient en tous cas bien acharnés sur le petit Gary : atteint de nanisme, issu d’une minorité visible et adopté par des parents escrocs qui le flouèrent en toute détente d’une bonne dizaine de millions de dollars, le mini-acteur s’est pris dans la tronche bon nombre de casseroles qu’il a fini par traîner comme des boulets tout au long de sa vie.

 

Il délaissa très vite les plateaux télés pour mieux fréquenter les salles de crack, les rehabs et les chambres d’hôpitaux suite à des tentatives de suicide manifestement ratées… La suite est désormais connue de tous : Gary a fini gardien de parking avant de vouloir tenter le comeback de la dernière chance en tant que gouverneur de la Californie (contre Arnold Schwarzenegger). Soit une version moderne/glauque/showbiz de David vs. Goliath.

Mais, comme pour mieux achever les souffrances de Gary, le Seigneur l’a amené à lui de manière quelque peu prématurée en 2010. Paix à ton âme, petit être.

 

Traits particuliers :

Aurait refusé le rôle de Alf qui avait pourtant été écrit spécialement pour lui.

 

 

TAMARA DE TREAUX : la naine inspirationnelle

 

Tamara de Treaux, qui est décédée à l'âge de 31 ans en 1990 suite à des problèmes respiratoires et cardiaques, était elle aussi une actrice. Malheureusement pour elle, le nanisme n’était pas encore hype à l’aube des nineties. Son plus grand fait d’armes aura été d’interpréter E.T, ou plus précisément de se glisser dans le costume du meilleur ami de cette choupinette de Drew Barrymore pendant le tournage. Difficile ainsi de laisser libre cours à toute sa "palette d’émotions", et surtout de se faire connaître - et par conséquent de vivre de son métier.

Tamara ne fut donc point connue du grand public, mais c’est pourtant elle qui a inspiré l’un des personnages les plus bouleversants d’Armistead Maupin (sans compter ceux qui peuplent Les Chroniques de San Francisco, bien sûr) : celui de Cadence Roth, personnage principal du roman Maybe the Moon qui raconte les déboires d’une actrice naine à Hollywood.

 

Elle aura certes connu une carrière et une vie peu faciles, mais elle aura en tout cas permis à son grand ami Armistead Maupin d’écrire un chef-d’œuvre, et ainsi de connaître la gloire. (Et tout le monde sait que la reconnaissance posthume est ce qu’il y a de plus classe).

 

Traits particuliers :

A été à deux doigts d’être castée pour le rôle de R2D2.

 

 

Texte: Sarah Dahan // Illustration: Scae.

Merci à Richard Vial, sans qui cet article n’aurait jamais été possible.