LES ROCKSTARS

(Cliquez sur les images pour les afficher en grand)

 

John McEnroe

Contrairement aux idées reçues, le sportif n’est pas qu’un poisson mort programmé pour exécuter ce à quoi il a été formé depuis ses 7 ans, sans aucun avis sur quoi que ce soit. Le sportif peut aussi avoir du caractère et de l’attitude comme on dit aux Amériques. En d’autres termes, il peut avoir un caractère bien trempé et des émotions à fleur de peau. Et s’il y a bien un sportif qui répond à ces critères c’est John McEnroe. Plus qu’un tennisman, le public des années 80 assistait aux matches d’une rockstar capricieuse, hilarante et caractérielle, qui pouvait d’ailleurs se bourrer la gueule les veilles de match (un peu comme l’équipe de France de football actuelle, sauf qu’il gagnait). Invectives, crachats intempestifs, cassages de raquette, telle était la recette d’un match classique de McEnroe, bien évidemment agrémenté en sus d’un jeu magnifique. McEnroe était porteur d’une attitude désarmante mais tellement humaine qui a malheureusement déserté le monde du tennis, désormais si consensuel et aseptisé (suivez notre regard noir vers Roger Federer).

 

Dennis Rodman

Nous ne l’avons pas classé ici parce qu’il ressemble à la chanteuse de Skunk Anansie sous stéroïdes, mais simplement parce qu’il a l’allure parfaite du bad boy, multiples tatouages et piercings compris. Si l'on estime que la vie de rockstar se résume au combo stupéfiants + idylles avec des jeunes femmes pas franchement farouches (ex : Madonna, Carmen Electra) + des destructions de chambres d’hôtel, alors Dennis Rodman a tout bon. Sa vie dissolue nous avait en tous cas fait presque oublier son activité de basketteur professionnel, et ses pérégrinations improbables l’ont finalement mené dans le milieu du catch où il tentera sa chance sous le nom de Rodzilla.
Aux dernières nouvelles, Dennis Rodman s’est rendu en février dernier à Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord, dans le but de rapprocher ce pays des Etats-Unis (ceci est une véritable information).

 

Nicolas Anelka

Le leitmotiv de ce joueur de Football doit sans aucun doute être inspiré par l’hymne nihiliste de son voisin des YvelinesOn s’en bat les couilles de La Fouine, tant l’athlète a fait preuve tout au long de sa carrière d’une nonchalance - voire d’un je m’en foutisme - hors pair. Une attitude qui a fait sa force mais aussi sa faiblesse. Intronisé comme le petit prince du foot au tout début de sa carrière au PSG, il enchaîne par la suite une période de lose qui l’emmène notamment à Arsenal puis au Real de Madrid, où le président du club, Lorenzo Sanz, évoquera ses problèmes psychiques, sans doute pour expliquer sa rébellion constante à l’égard du club madrilène. Après l’épisode espagnol, le joueur enchaîne inlassablement les clubs d’Europe et se fait mettre de côté par les sélectionneurs de l’équipe de France. Anelka est l’éternel outsider qui n’hésite pas à dézinguer ses pairs avec une vivacité parfois plus impressionnante que son jeu de jambes sur le terrain. 

 

 

LES SPORTIFS A LA CAPILLARITE ALTERNATIVE

 

André Agassi

André aka le «kid de Las Vegas» aurait pu figurer dans la catégorie des rockstars tant il est devenu une icône pop à part entière avec ses tenues extravagantes (il a tout de même introduit le short en jean dans le monde du sport et entretenait une passion manifeste pour les couleurs flashy tout en étant un fanatique de bandanas). En réalité, André était tout simplement le jumeau sportif d’Axl Rose, toujours prêt à se faire remarquer, à péter les plombs et à sortir avec des vedettes plus ou moins fraîches - en l'occurrence, Barbra Streisand et Brooke Shields. Outre son coup droit surpuissant, ce qui fascinait particulièrement chez André Agassi c'était sa coupe de cheveux, qu’on pouvait situer quelque part entre le mulet et le lévrier afghan peroxydé.

Mais quelle ne fut pas notre surprise lorsqu’il révéla dans son autobiographie intitulée Open que cette crinière de feu n’était en réalité qu'une perruque ! Un mythe s’effondrait : le petit prodige des courts était en fait atteint d'une grande précocité sur tout ce qui concerne la calvitie. Aussi, tel un sordide rituel, il enfilait tous les matins sa fausse crinière, par peur qu’on ne démasque sa perte de cheveux qui lui causait bien des soucis. Lors de son comeback sur les courts en 1998 après un petit passage à vide et un usage très rigoureux de crystal meth, il reviendra la boule à zéro, sans doute usé par tant de stratagèmes et de mensonges.

Depuis son apparition sur le circuit au milieu des années 80, Agassi reste envers et contre tout gravé dans nos mémoires comme l'un des plus grands champions de tennis de tous les temps, désormais heureux en couple avec l'un de ses anciens collègues, le grand tennisman teuton Steffi Graff

 

Abel Xavier

Non, les footballeurs n’ont pas qu’une prédisposition pour la littérature du XIXème siècle et l’Art byzantin, ils apprécient également expérimenter des coupes de cheveux plus ou moins illégales lors de leur temps libre, une activité qu’ils aiment bien évidemment alterner avec tout ce qui est amour libre tarifé. Le pelage suspect du Portugais Abel Xavier nous a particulièrement troublé, car le footballeur peut sans aucun doute illustrer à lui seul tout un livre de «photos témoins» que le coiffeur vous glisse sous les yeux après vous avoir fait passer au shampooinage avec Sabrina. L’ancien joueur de Liverpool, désormais retraité, faisait manifestement ce qu’il voulait avec ses cheveux et ce, de manière ultra-régulière (et hystérique). Ses cheveux peroxydés lui ont tour à tour fait ressembler à :

- Satya, ce top modèle phare des années 90, mais en version cheap ;

- un homme sur qui était tout simplement greffé un mégamix d’excréments de moineaux mêlés à des poils de poussins (un peu comme la robe de Shy’m aux NRJ Music Awards) ;

- un tapis de sol Ikea qu’on trouve chez des étudiants désœuvrés qui écoutent du R’n’B de blanc.

Bref, cet homme semble être un sympathisant du cheveu-poubelle, par ailleurs très prisé par certaines popstars

 

Chris Waddle

Il est bien évidemment difficile d’évoquer des capillarités alternatives de sportifs sans même mentionner une petite mulettas. Et le roi en la matière se nomme Chris Waddle. Non, Chris n’a pas fait partie de Kajagoogoo, mais fut un joueur légendaire du temps de la grande époque de l’OM (aka l’époque Tapie). Outre sa technicité hors pair, Waddle a définitivement gagné la palme du Mullet d’Or, sa coupe de cheveux dans les années 90 représentant tout simplement le pire que l’on puisse faire en terme de «coiffure». Mais peut être avait-il tout simplement abusé du pastis pendant ses années à Marseille, ceci expliquant cela.

 

 

LES BELLES GOSSES

 

Anna Kournikova

Le mystère subsiste : Anna Kournikova a-t-elle jamais joué au tennis ? N’était-elle pas qu’une simple égérie pour de nombreuses marques en quête d’une caution plus ou moins sportive ? A-t-elle d'ailleurs jamais été classée ? Tout cela n'est-il pas qu’un stratagème manigancé depuis le Kremlin ? 

Disons le clairement : Anna était naze au tennis. On la voyait partout, mais au bout du compte, elle n'a jamais gagné un seul tournoi du grand chelem. Pourtant, son apparition sur le circuit WTA a tout de même donné un second souffle au sport jusque-là dominé par des toreros en surpoids (coucou Arantxa Sanchez et Conchita Martinez) et ses jambes ont vite fait oublier au public son jeu défaillant. Elles ont même créé un regain d'intérêt pour ce sport qui commençait à ressembler à nouveau à un sport de papas, snob, chiant et surtout peuplé de tromblons. Depuis qu’elle a abandonné sa courte carrière de tenniswoman, Kournikova coule des jours heureux à Miami aux côtés d’Enrique Iglesias.

 

Maria Sharapova

Véritable joyau de la Sibérie, Maria Sharapova est une sorte de version 2.0 plus aboutie de Kournikova : elle est belle ET elle gagne ses matchs. C’est d’ailleurs la première joueuse russe à avoir gagné Wimbledon. A vrai dire, Maria gagne tout et c’est tant mieux, car on aime bien quand elle fait ses discours trop émouvants après les finales. Oui, Maria est notre chouchoute, et on ne parle même pas des petits cris qu’elle pousse quand elle tape très fort dans la balle (un peu comme Monica Seles à l’époque, sauf qu’avec Maria, ça prend une autre dimension).

 

Charlotte Casiraghi

Charlotte Casiraghi n’est pas que la compagne de vie de Gad Elmaleh, elle est également un membre de la famille princière de Monaco ainsi qu’une cavalière émérite. On la voit régulièrement participer aux Gucci Masters (elle est l’égérie de la ligne hippique de la marque) et il se murmure dans le milieu qu’elle devrait reprendre la rédaction en chef de l’Echo des Poneys, son dirigeant actuel étant trop bouleversé par le récent scandale des lasagnes chevalines.

 

 

LES BEAUX GOSSES

 

David Beckham

David Beckham est sans doute encore plus connu que le sport qu’il exerce, ceci étant dû à son talent et surtout sa très grande popularité, notamment auprès de la gent féminine. C’est bien simple, toutes les femmes le connaissent et toutes les femmes le kiffent - fermez les yeux, vous pouvez d’ores et déjà imaginer Sandrine de la compta en train de baver «alors lui, je ne le laisserai pas dormir dans la baignoire, si tu vois ce que je veux dire». Le roi David aurait pu devenir un milieu de terrain un peu beau gosse qui enchaine les conquêtes couleur orangeade de la région de Manchester où il a fait ses classes et a bâti sa légende, mais le destin en a voulu autrement. Son mariage avec le cochon de lait le plus connu de la pop anglaise, Victoria Beckham, fera de lui et de son épouse (désormais une chef d’entreprise nettement amaigrie) un power couple en bonne et dû forme.

 

Tom Brady

Il incarne un peu la perfection aryenne à lui tout seul et d'ailleurs, ça ne s'invente pas, il est marié à Gisèle Bündchen, top brésilien aux origines allemandes (comprendre : papi Bündchen ne devait pas être très "réglo" en 39-45, d'où l'émigration). On imagine facilement Tom Brady, quarterback pour The New England Patriots avoir eu une adolescence assez facile à enchaîner les filles dans sa Californie natale, à l'instar d'un Trip Fontaine, mais en plus sain. 

 

Marat Safin

Marat Safin, c'était la beauté sauvage du Grand Nord (la Russie). Véritable manimal, Marat est le genre de mec qui pouvait péter les plombs à tout moment, et de là, soit vous sauter dessus pour vous enlacer passionnément, soit vous sauter dessus pour vous filer une rouste sans que vous ne sachiez pourquoi. Son humeur qu'on qualifiera volontiers de bipolaire aurait pu lui valoir de figurer dans notre catégorie rockstars, mais le Russe d'ogive Tatar était le beau gosse des courts au début des années 2000, et donc une alternative sexy à Lleyton Hewitt - et rien que pour cela, on doit louer son existence. En outre, il aura fait envisager à bon nombre de jeunes pucelles à l'acné juvénile de prendre russe en LV1, un choix qui, pour une fois, était en accord avec celui de leurs «salauds de parents».

 

 

LES INTELLOS

 

Franck Ribéry

Si on avait la chance d’être le coach de vie de Franck Ribéry, on évoquerait rapidement avec lui l'idée d'un passage chez l'orthodontiste ou une participation en mode guest star sur l’émission Nouveau look pour une nouvelle vie ou même un stage intensif de dictée/diction/tout ce qui est grammaire et linguistique avec Bernard Pivot, mais malheureusement nous n’occupons pas cette position. Au fond, Ribéry se fout des apparences et puis c’est bien connu la culture c’est comme la compote ou la confiote ou un truc du genre, ça s’étale partout et puis ça aide pas à faire bouffer ses gosses. Ribéry est en fait un homme simple qui se contente des petits plaisirs que lui offre la vie, comme par exemple coucher avec des prostiputes, parce que c’est pas comme tromper maman. En tous cas, avec toute sa thune, il tord définitivement le cou à la théorie de Bourdieu.

 

Richard Virenque

«A l’insu de mon plein gré» est l’équivalent à deux roues de l’expression footballistique «à l’heure d’aujourd’hui» et elle est signée Richard Virenque. Bien plus qu’un sportif lambda entrainé en PACA, au Vélo Club Hyérois plus exactement, Virenque fut une véritable star du cyclisme, par ailleurs amateur de produits dopants. Un peu comme Lance Armstrong donc, sauf que lui n’était pas égérie Nike et n’a pas eu d’idylle avec l’une des pires chanteuses des 90’s - ex-aequo avec Alanis Morissette - Sheryl Crow. Malgré ses nombreuses victoires lors d’étapes sur le tour de France, on se souviendra de lui pour sa «petite phrase» et sa participation à Je suis une célébrité, sortez moi de là. Dur.

 

Philippe Candeloro

Véritable maestro du patinage artistique, Philippe Candeloro aurait pu aisément figurer dans notre catégorie «capillarité alternative» mais son génie fait qu'il a toute sa place ici. Sa singularité s'est tout d'abord illustrée sur la glace avec ses interprétations à fleur de peau de Lucky Luke, du Parrain ou encore de d'Artagnan. Très vite, son goût immodéré pour les médias nous a fait découvrir un homme érudit et cultivé, mêlant bonhomie et charme fou, faisant ainsi de lui une véritable star au Japon, à l'instar d'Alain Delon ou encore Mireille Mathieu.
Les téléspectateurs clairvoyants  de TF1 auront prochainement la chance de le voir dans la mini série de la chaîne intitulée Nos chers voisins. Merci à toi cher PAF.

 

 

LES MECHANTS

 

Martina Hingis

Martina Hingis est tout simplement l’équivalent tennistique de Lavinia ou de Nellie Oleson, respectivement pestes dans Princesse Sarah et La Petite Maison dans la Prairie. Adepte de la perfidie, de la méchanceté et de la prétention, elle aura traumatisé bon nombre de ses adversaires, mais aussi des millions de spectateurs amateurs de tennis. Etait-ce dû à son immaturité ou à un problème avec sa propre personne dû à un physique disgracieux ? Nous ne le saurons sans doute jamais. En tout cas, ses nombreuses piques à l’égard de ses adversaires auront marqué les esprits, comme lorsqu’elle avait déclaré en 2001 à Time Magazine que les sœurs Williams gagnaient des contrats de sponsoring uniquement parce qu’elles étaient noires. En ce qui concerne Anna Kournikova, qui était pourtant sa partenaire de double, elle avait déclaré : «il n’y a absolument aucune once de compétition entre nous, je gagne tous les matchs». Bonne ambiance.

 

Marco Materazzi

Champion de football connu pour avoir porté les couleurs de l’Inter Milan de 2001 à 2011, Materazzi doit sans doute sa renommée internationale pour avoir reçu un coup de tête de Zidane lors de la finale de la Coupe du Monde en 2006. Suite à cet «incident», de nombreuses spéculations ont eu lieu quant aux paroles échangées entre les deux joueurs et les paris allaient bon train sur l’infâmie qu’avait prononcé Materazzi pour enrager de la sorte le joueur préféré des Français. Il faudra attendre août 2007 pour avoir la réponse officielle, puisque le défenseur italien a révélé au magazine Sorrisi e Canzoni qu'après que Zidane l’ait taquiné en lui disant qu’il lui donnerait son maillot quand il l'aurait battu en finale de la Coupe du Monde, il lui aurait rétorqué qu’il préférerait sa «pute de sœur». Résultat des courses : La France a perdu la finale mais prouvera une fois de plus qu’il ne faut pas déconner avec les Marseillais.

 

Mike Tyson

L’ancien boxeur facilite la tâche de n’importe quel individu qui l’approche de près ou de loin : il a l’air méchant et il est méchant. Suite à son ascension ultra-rapide dans les années 80 et son grand charisme, Mike Tyson aka «Kid Dynamite» est très vite érigé en star de la boxe. Et si Tyson se montrait féroce sur le ring, il l’était aussi dans son quotidien puisqu’il fut condamné à trois ans de prison ferme en 1992 pour le viol d’une jeune femme. En 1997, il refera parler de lui par le biais de son combat contre Evander Holyfield à qui il a tout simplement déchiqueté l’oreille. Pas rancunier - mais a-t-il seulement eu le choix ? -, Holyfield décidera quelques années plus tard d’en rire (jaune) aux côtés de Mike Tyson sur tous les plateaux télé.

 

 

LES PHYSIQUES DELICATS

 

Wayne Rooney

L’attaquant de Manchester United est la version humaine de Shrek : petit, trapu, carré et rougeaud avec un large front et un regard qui crie néant. Mais l’Anglais se distingue des autres joueurs à bien d'autres égards : il est très doué et il perd ses cheveux (il a même eu recours à des implants, alors que la plupart des joueurs arborent fièrement mulettas et autres fantaisies capillaires). En 2007, le journal anglais The Sun avait lancé un grand sondage en demandant à ses lecteurs qui était selon eux le sportif le plus moche, et il s’avère que le pauvre Rooney est arrivé en numéro un. Plus récemment, selon les dires de Liam Gallagher, ancien chanteur d’Oasis et philosophe moderne à ses heures perdues, Wayne Rooney ressemble «à un putain de ballon avec des miettes de Weetabix sur le dessus». Un point pour Liam.

 

Ronaldinho

Quand les problèmes capillaires s’associent aux problèmes dentaires, on est en présence d’un combo démoniaque. En l’occurrence, celui-ci est subi au quotidien par Ronaldinho, l’un des plus grands footballeurs de tous les temps qui, malgré ses millions, pense manifestement que tout cela ne doit pas être très important. C’est sûr, les dames qu’il croise sûrement sur son chemin doivent s’intéresser à la richesse de son cœur.

 

Joakim Noah

Soyons clairs, de mauvais cheveux, un mauvais duvet et une insolence à toute épreuve font de Joakim Noah quelqu’un d’assez vil. L’idée même que l’homme a grandi en écoutant des «tubes» de son père, l’une des pires choses qui soient jamais arrivées à la «chanson française», nous donne des frissons dans le dos. 

 


Sarah Dahan // Illustrations : Scae.