Commençons avec un petit peu de Danah Boyd. Toute information est reçue selon l'un des ces trois modes :

- actif (vous cherchez l'information - par exemple sur wikipédia)

- passif (on vous oblige à ingurgiter l'information - comme à l'école)

- osmotique (sans faire attention, vous êtes saturés d'informations et vous en retenez même vaguement quelques bribes par simple contact).

Les Yahoo news sont donc hautement osmotiques. Vous attendez un mail important, vous consultez 20 fois votre boîte et vous finissez par "savoir" qu'un cyclone traverse le Pacifique, qu'un enfant est mort étranglé et que Julien Doré a fait un duo avec Carla Bruni-Sarkozy. Mais quel est le contenu réel de ces news dont l'apparente simplicité semble être un gage d'honnêteté ? Il est variable selon les domaines.

L'actu
Chez Yahoo, l'actu c'est donc de la dépêche d'agence en veux-tu en voilà. A priori, rien à y redire. De toutes façons, la plupart des journalistes sont branchés sur les sites de l'AFP et Reuters en permanence et on ne va pas dire du mal simplement parce que c'est Yahoo. Plus intéressant est le choix des infos mises en avant. Ce que les Yahoo news révèlent avant tout c'est l'importance que prend l'information osmotique. Et en amont, ce besoin d'infos sans cesse renouvelées. On veut du neuf, plus de neuf. Sentir qu'il se passe des choses et qu'on est immédiatement au courant. Mais cette soif de nouveautés suppose de survoler les évènements parce que non, on ne peut pas à la fois être au courant de tout dans la minute et en avoir une analyse de fond. La Yahoo news c'est donc l'effleurement des 4 actus censément les plus fortes de l'heure. Si on suit le trajet de l'oeil sur Yahoo, on regarde la photo, on lit le titre et la phrase elliptique en-dessous ce qui suffit à nous procurer l'impression de "savoir". Or cette impression est éminemment trompeuse parce qu'on a juste vu un raccourci d'information parfois mal digérée. Notamment dans le cas de certains raccourcis problématiques. Ainsi, une news sur la Syrie, "Damas dénonce un crime monstrueux des Etats-Unis", est agrémentée d'un tiret "Israël vers des élections anticipées". Evidemment, il s'agit d'un rubriquage géographique mais dans l'info osmotique, celle à laquelle par définition on ne réfléchit pas, qu'on reçoit simplement sans recul car sans même la conscience de lire de l'info et donc sans le décryptage nécessaire, on a un raccourci Etats-Unis/monstrueux/guerre secrète/Israël. Un assemblage de lexies pour le moins dangereux dans la mesure où ce que Schumpeter disait de l'électeur-citoyen - à savoir que ce n'est pas un être rationnel - est également valable pour l'internaute. Bien sûr, Yahoo n'est pas en train de monter un complot anti-sioniste. Par contre, on pourrait attendre de leur part une vigilance accrue sur leur mise en page dans la mesure où c'est ce qui constitue l'essentiel de leur traitement de l'information.

Yahoo news c'est aussi du contenu people
...mais uniquement dans un but promotionnel - sortie d'albums, de clips etc. Donc un peu de la fausse news people. Ou de la fausse actu culturelle. Au choix. Le maître en la matière se nomme Steven Cigale. Une personne qui devrait sérieusement songer à relire une fois ses billets avant de les poster et dont il faudrait arracher la touche "!" de son clavier, juste histoire de tester ce qui resterait de certains de ses articles. Excessivement enthousiaste, Steven applique en effet à la lettre le slogan de Yahoo "Yahoo! la vie avec un !"
Je ne le connais pas cet homme, je serais assez curieuse de savoir qui il est (Steven, si tu m'entends, on se prend un café quand tu veux) mais parfois, je le soupçonne d'être grandement ironique, parce que c'est pas bon dieu possible d'écrire ça : "L'audience de la Star Ac semble en berne par rapport aux années précédentes. Pourtant TF1 ne lésine pas sur le casting de superstars sur chacun de ses primes. Ce soir, Nikos reçoit en effet Mathieu Edwards, Sheryfa Luna, Pauline, Daniel Powter, Madcon" sans être ironique. Au moment de cette news, l'audience de la star'ac n'était pas en berne, elle était catastrophique et quand on me dit superstar je pense Kanye West ou Britney Spears mais certainement pas Mathieu Edward ou Sheryfa Luna. Steven ose également des affirmations incroyablement péremptoires comme : "William Baldé, la jeune étoile montante qui nous a régalé cet été avec son Rayon de Soleil." Là, ça se passe de commentaire.
Par décence, il faudrait peut-être enlever la mention "blog". Parce que là, ça donne une définition du blog comme étant : une bouse rédactionnelle rédigée uniquement à des fins de marketing.
En-dehors de Steven Cigale, Yahoo ils ont d'autres ressources rédactionnelles de qualité comme Purepeople et Newstar - avec une préférence pour le deuxième. D'abord parce qu'ils font de très bons titres, non, sans rire, du genre : "David Duchovny : guéri du sexe, il quitte sa femme". Et récemment, à côté d'une photo surphotoshoppée de Victoria Beckham, ils ont osé placer les termes : sourire, simplicité et fragilité (un peu tout Posh en trois mots).

Du sondage passionnant
A Yahoo, ils aiment beaucoup, passionnément les sondages et autres enquêtes de fond. L'autre jour, on avait droit à : "Selon un récent sondage, les hommes fréquenteraient les blondes pour 's'amuser' mais préfèreraient épouser les brunes." Avec des infos essentielles ET absurdes "seuls 18% des hommes interrogés épouseraient une blonde" ou "49% pensent que les brunes sont des femmes plus aimantes" et "près de 48% pensent aussi que les brunes sont meilleures cuisinières". On se croirait presque dans un reportage d'Infos du Monde. Stupéfiant. L'idée de ce genre de sondage c'est évidemment de ne jamais expliquer selon quelles méthodes ils ont été faits. Les réponses sur les qualités culinaires des brunes peuvent tout à fait avoir été obtenues en montrant au panel une série de photos de blondes mangeant du Mc Do et des clichés de brunes dans une cuisine hight-tech avec une toque sur la tête. Et la question "En vous basant sur les documents devant vous, pensez-vous que les brunes sont de meilleures cuisinières ?" Au demeurant, ce n'est catastrophique que si la propagation de vieux clichés vous dérange. Parce que même en imaginant que le sondage a été fait dans des conditions à peu près acceptables, son traitement dans l'article ne mentionne pas une fois les mots de "stéréotype" ou "préjugé". Pas de remise en question. Non c'est posé comme une espèce de vérité puisque c'est le ressenti d'une majorité. Le nombre fait la vérité.
Cette catégorie joliment intitulée "Insolite" est très largement alimentée par Zigonet (dont je ne suis pas certaine que le nom ne fasse allusion qu'à zygomatic et net) un site où ils ont donc ré-inventé le jeu des journalistes - "chiche de placer hypoténuse dans ton papier sur le PSG" devient à Zigonet "chiche de ne pas mettre cliché ou stéréotype dans ta bouse sur les brunes".

Des enquêtes scientifiques
Plus emmerdant quand ce mauvais traitement est appliqué aux enquêtes scientifiques. De ce point de vue, la rubrique Santé est un pur festival. En résumé, on y apprend que l'heure d'été tue mais pas l'heure d'hiver et que pour arrêter de se droguer il vaut mieux être bien entouré.
En général, pour arriver à ça, on a une publication scientifique lue en biais par une personne et reprise par cinquante derrière. Le jeu du téléphone arabe appliqué à la science. En bout de chaîne, on arrive donc sur Yahoo avec des révélations comme "on a trouvé le gène de la dépression". Evidemment, on n'a pas trouvé le gène de la dépression, évidemment c'est un raccourci dénué de sens, évidemment la dépression n'est pas juste une histoire de gène. Et a priori, dans la publication scientifique qui faisait état d'une étude menée sur des souris on ne parlait même pas de dépression parce que parler de dépression nerveuse pour des souris c'est un peu abusif. Le résumé yahoonewsé d'une enquête scientifique relève donc d'un art. A partir de l'étude, on extrapole, si possible en remplaçant les termes scientifiques abscons par des mots de la vie courante (qui au final ne désignent pas du tout la même chose) et on transforme les hypothèses en certitudes en balayant toutes les précautions de rigueur.

 

Par Titiou Lecoq // Illustration : the horror.