Vous vous baladez dans la salle découpée du musée et découvrez une vidéo étrange. Il s'agit de Air des Talking Heads. Les Talking Heads… Un album avec quatre photos, coloriées en rouge… Remain In Light. Une musique qui chope, mais qu'on arrive jamais à situer. Pourquoi sont-ils exposés ici, à cette expo « Rock et Arts Visuels » ?

Les membres du groupe se sont rencontrés pendant leurs études de graphisme à la prestigieuse Rhode Island School of Design, aux Etats-Unis. Ils laissèrent tomber les cours au bout d'un an, afin de se concentrer sur leur musique uniquement, oui, mais à une condition : en faire une porte vers un Art neuf. Un Art hybride. Ils seront musicalement exceptionnels, et ils n'auront de cesse d'illustrer leur musique. David Byrne, le compositeur, chanteur et membre clef du groupe, collaborera individuellement avec Brian Eno par la suite. Talking head est un terme technique emprunté à la télévision qui désigne un plan serré du visage. Une expression. Vous regardez de plus près et constatez que leurs images sont libres d'influences directes, libres de messages. Les vidéo-clips n'utilisent aucun truc sexy. Des ringards ? Peut-être. Ou alors veulent-ils accentuer les différences entre les êtres humains en se libérant de tous les codes d'appartenance. Dans leur vidéo Wild Wild Life, différents personnages prennent le micro : le punk, le soulman, la fille disco, un sosie de Prince… Les différents looks se succèdent, démontrant ainsi que n'importe qui est compatible avec cette musique. Génie. Ainsi s'affirme la volonté du groupe de planer au-dessus des styles. Des images transtyles pour une musique transgenre. Wild Wild Life possède sa version miroir : Sax And Violons, où le visage du chanteur est d'abord en contre-jour, puis progressivement révélé, démultiplié, en mosaïque… L'identité éclatée… Bien. Il est temps de faire une pause. Vous vous tournez et apercevez alors d'étranges affiches…


VIDEOS


Once In A Lifetime



Wild Wild Life


Sax And Violins


Par Alexandre Stipanovich // Photos: DR.