On rentre dans la salle de concert avec une bière, c'est une sorte de règle tacite ici. Sur la scène, Eat your Toys, le bassiste finit par s'accoupler avec son ampli. Une petite leçon de rock'n'roll. Il n'est que 16h.

Lena Deluxe a, quant à elle, un joli minois. Elle envoie, avec de vrais morceaux de guitare dedans.

"On vient de Lille, c'est un peu comme la Bretagne".

S'en suivent quelques rires alcoolisés dans la salle. Il n'est que 18h.

Direction le Parc Expo. Dans le fond du bus, ça fume et ça picole.

"J'ai déjà fait les Trans pas bourré ! C'est rigolo de voir tout le monde ivre, mais c'est quand même mieux bourré, t'es plus dans le mood."

A la sortie du bus, ça commence déjà à pisser partout, c'est normal, le trajet est un peu long pour les buveurs de bière. Dans les grands hangars, que de la musique qui fait pleurer les oreilles (ceci n'engage que moi). Des danois à la pop molle en passant par des ados américains avec un jeu de scène aussi intéressant qu'un générique de Derrick.

On va de mal en pis. Alors on boit, et là tout de suite c'est vachement mieux. On essaie de chopper le syndrome alcoolique breton que l'on pourrait aussi appeler le "syndrome du planeur". Le Breton boit et monte assez vite, puis il se laisse porter par la musique jusqu'au petit matin, en re-buvant une petite bière de temps en temps comme un planeur cherchant le sens du vent.

Du coup, les ricains de Funeral Party ont l'air génial. Surtout après une bonne galette saucisse trempée dans la bière (sinon c'est trop sec).

Ce soir, sont également programmés The Toxic Avenger, Beataucue et la dub step de Magnetic Man. Mais, contrairement à d'autres, on n'a pas pris de drogue, alors on renonce et on rentre. Il faut savoir ne pas se cramer dès le premier soir. Les Transmusicales c'est une course de fond.

Le lendemain l'asso du nord La Marmite sort la tireuse à bière dans l'espace presse. Un véritable succès. Le seul moment du week-end où ce drôle de lieu est rempli de monde.

Les journalistes vont voir Stromae à reculons. Ils ressortent tous du concert joyeusement surpris. Stromae est quand même le seul artiste qui arrive à faire danser la France entière avec des textes aussi dépressifs.

On continue à faire la navette. Dans le bus ça chante : « Baise ta mère tu auras des frères » et « Pause ta bite sur mon épaule ».

En fait, il y a plus d'animation dans le bus, et la musique est de même qualité qu'au Parc Expo. Dans un coin, un couple nous fait vivre un instant de grâce :

- "Qu'est-ce que tu écoutes en ce moment?" demande-t-elle.
- "Jeff Buckley." répond-il, d'un air moitié Humphrey Bogart moitié Capitaine Haddock.
- "Oh j'aime, je croyais être la seule à écouter. Tu viens chez moi ?"
 
Samedi matin midi, vers 16h. On se traîne en ville. On croise les punk à chiens de la famille qui se portent bien ainsi que le beau gosse du bus. Il est déjà aux bras d'une nouvelle fille. Respect.

Et si on allait au bistro pour changer ? Les bars en Trans, c'est plus convivial. Surtout quand la chanteuse de Viva and the Diva monte sur le bar. On a encore de la buée pleins les lunettes tellement on a eu chaud.

Au parc expo, The Inspector Cluzo retourne le hangar. Mais c'est normal, le public de ce soir n'est pas là pour découvrir des groupes. Il est là pour s'en foutre pleins la musette et danser toute la nuit. Le bar pro ressemble plus à un hôpital de guerre qu'à un espace professionnel.

Et oui cette année encore, les méduses qui décoraient élégamment les plafonds des hangars froids du site n'ont pas réussi à dissimuler les centaines de méduses alcoolisées au sein du public. Oh, ces méduses-là ne sont pas méchantes, mais quand même, c'est impressionnant de voir autant de gens ivres dans un seul lieu. Lorsque l'on effectue un sondage dans le bus du retour, on n'est pas vraiment surpris de découvrir le nombre de festivaliers qui se sont amusés tout en étant incapables de citer le moindre nom d’un groupe.

Une gamine de 15 ans nous prend pour des dealers:

-"Je te suce pour du MDMA".

On fuit.

Vivement l'année prochaine. 

 

 

Texte et photos: Quentin Cherrier.
 
 
Lire aussi:

- J'irai Danser chez Vous - Halloween à la Cité U
- J'irai Danser chez Vous - Orléans
- J'irai Danser chez Vous - Béthune
- J'irai Danser chez Vous - Monégros