VENDREDI :

- Arrivée vers 18h, et pas de doute, dans confrère, il y a frère :
" Nan mais attends mais qu'est-ce tu fous là ? / Bah et toi ? », « Dis donc tu m'as l'air complètement défoncée », « Je dois live-twitter normalement».

- L'espace VIP n'offre AUCUN privilège, si ce n'est des chaises-longues waterproof.

- Une 4ème et nouvelle scène, certes mal sponsonorisée, mais très bien placée au cœur d’une charmante clairière.

- 18h30, magie de la science, CSS semble avoir perduré dans l'espace temps.

- Danger des pronostics : « Q. : Quels seront les temps forts ? R. : Il y aura forcément le concert des Foo Fighters (ce soir, à 22h) et celui de The La's (dimanche, à 17h10), un groupe pop culte des années 90. Sans oublier les Artic Monkeys (demain, à 22h) ou encore Archive, en clôture de festival (dimanche, à 21h45), qui se produira accompagné d'un orchestre classique de 30 musiciens. Cela risque d'être un moment exceptionnel… » (20 Minutes)
 
 - Manger à Rock en Seine (1) : la merguez ® à 7 euros.

- Son festoche à la mode actuelle, basses sub qui écrabouillent tout.

- 20h, en avant première mondiale, "La Belle et la Bête" le nouveau spectacle de Robert Hossein sur la Grande Scène à 20H. Trop forts cette Alison et ce Jamie.

- Le stand « thé à la menthe » reste assez accessible.

- 22h32 : à droite de la Grande Scene, les Arctic Monkeys et Interpol, venus 24h plus tôt pour un tutoriel "Quand je sera grand, je sera une rock star". Merci Dave Grohl.
 
 
SAMEDI :

- Mon pass media n’est jamais tourné du bon côté au bon moment.

- Mort aux vieunes (1) : le groupe BB Brunes reprend Bashung pour la Fête de la musique. 

- le stand « pop’tatoes, l’art d’être pomme de terre » est injustement déserté.

- « Occupant 30 m2, le bar à eau géant Suez Environnement ® permet aux visiteurs de la Fête, et aux amateurs de musique de se désaltérer gratuitement, et de tester leur palais sur les goûts et les flaveurs de l'eau du robinet. Par ailleurs, une exposition sur le développement durable leur permet de s'informer ».

Rock en Seine
 
- The Streets : RIP et merci pour tout.

- Wu Lyf : impressionnants, une fois de plus.

- Interpol : visiblement ils n'écoutaient pas pendant le tutoriel de Dave Grohl.

- Mort aux vieunes (2) : Arctic Monkeys, les Forbans m'ont tuer.

- 22h15, Sexy Sushi : « Bonsoir Biarritz, nous sommes Mélanie Laurent ». 

- Manger à Rock en Seine (2) : le sandwich au bœuf argentin ® à 8 euros.
 
 
DIMANCHE :

- Innovation du festival, les La’s inventent l’annulation de concert AU FUR ET A MESURE d’un concert.

- Les gens qui écrivent le Programme Officiel sont peu payés : « En a peine trois albums la Suédoise Lykke Li a mis l’Europe à ses pieds (…) La princesse pop et envoutante rappelle Marianne Faithfull. » 

- « T’as vu les Foo Fighters ? / Nan j’men tape, et toi t’as vu Arctic Monkeys ? / Nan ca me saoule les Black Keys, et toi tu penses aller voir Anna Calvi ? / Bof Calvi cette année c’était pas fou / Ouais les Foo Fighters c’était pas dingue ».

- The Horrors. POUR : Morceaux grandioses et épiques. Générosité et professionnalisme du groupe. Son impeccable. Nicola Sirkis a joui. CONTRE : on croise Nicola Sirkis qui explique à sa fille de 10 ans qu’il est très excité à l’idée d’aller voir The Horrors.

- Miles Kane arrive sur Dutronc, chante et joue de la guitare comme un Dieu, ressemble à Noel Gallagher dans 10 ans et retourne le festival.

- 22h, Lykke Li, qu’il vaut mieux voir dans une petite salle, assure l’essentiel grâce a son backing band, des arrangements efficaces, et une scénographie techno-médiévale que Mylene Farmer n’aurait pas reniée.

- Retrouver Archive sur le site de notre partenaire Amazon Mp3!

- « Cette fois, Amy Winehouse a vraiment annulé ».
 

Par Cyril 2Real et Sarah Dahan.