ICYMI.

I am Jesus : un jeu vidéo vous propose de vous glisser dans les sandales du messie

Lundi 09 décembre 2019

Capture d’écran 2019-12-09 à 13.04.43

Les jeux vidéos chrétiens, ce n’est pas nouveau. Depuis plusieurs années déjà, des compagnies spécialisées sortent des divertissements conçus pour les croyants qui veulent se défouler sur leurs manettes sans tomber dans le péché. Dans Bible Adventures ou Super 3D Noah's Ark, les petites ouailles peuvent ainsi s’amuser en revivant des scènes célèbres de la Bible. Pourtant, on avait encore jamais rien vu de semblable à I Am Jesus Christ, dont la sortie a été annoncée cette semaine sur la plateforme Steam. Dans ce RPG à la première personne, vous pouvez carrément vous mettre dans les sandales de Jésus afin d'accomplir plusieurs miracles décrits dans la Bible - soigner des malades, marcher sur l’eau, etc -, vous “battre avec Satan” (sic), et même laver les pieds des apôtres. Ca a l’air fun, non ?

Capture d’écran 2019-12-09 à 15.37.54

Sans surprise, l’annonce de la sortie d’I am Jesus a provoqué l’incrédulité des internautes et de différents médias en ligne, qui se sont posés les questions suivantes : les joueurs pourront-ils modifier le cours de certaines histoires bibliques, ou devront-ils les recréer à la lettre ? Les créateurs du jeu sont-ils vraiment sérieux ? Interpréter le Christ lui-même, n’est-ce pas blasphématoire ? Et pourquoi tous les personnages sont blancs ? La sortie du jeu (date encore inconnue) nous apportera sûrement des éléments de réponse.

Capture d’écran 2019-12-09 à 13.22.27

0


Josselin Bordat : «L’intelligence d’une IA est au niveau du rat*»

Lundi 09 décembre 2019

BORDAT_Josselin_3_3 (1) (1)Dire qu’il faudrait remonter en 1986 pour voir un tel personnage. Short Circuit, le chef-d’œuvre de John Badham (le mot n’est pas galvaudé, il est simplement subjectif et l'on respecte les madeleines de son prochain), est certainement le dernier exemple d’intelligence robotique bienveillante et n’écrasant pas l’humanité de sa supériorité. Comme la VHS de Short Circuit est morte depuis longtemps, autant se plonger dans Le_zéro_et_le_un.txt. On pourrait vous parler d’anticipation, de S-F, de post-futurisme… On pourrait employer tout un vocabulaire pour avoir l’air cool dans Les Inrocks. Mais en fait, le livre de Josselin Bordat parle surtout d’aujourd’hui. Il est une œuvre politique. Philosophique. Un miroir grossissant. Ici, l’IA est un candide voltairien qui, par une maïeutique involontaire, accouche de vérités. Dit comme ça, ça a l’air un peu chiant, mais c’est aussi un bon bouquin de S-F, d’anticipation et de post-futurisme. Une œuvre originale et éclairante. Et puis zut, en fait, c’est juste un bon bouquin. Et on ne dit pas ça parce qu’il est écrit par notre co-fondateur. 

Lire la suite >
4
Par Simon


Les Yeux sans visage, le film qui traumatise les lycéens

Vendredi 06 décembre 2019

Capture d’écran 2019-12-06 à 13.27.05Le 29 novembre dernier, à Romorantin, dans le Loir-et-Cher, une classe de première se rend au cinéma Le Palace pour voir un film inscrit dans la sélection nationale des projections pour lycéens. Au bout d'une heure seulement de projection, un élève, puis deux, puis quatre, puis quinze tombent en syncope. Les pompiers arrivés pour secourir les ados sont formels : aucune fuite de monoxyde de carbone, c'est bien une série de crises d'angoisse qui a affecté les pauvres enfants de la République. On ne sait pas vraiment qui a choisi les longs-métrages réservés à nos chers petits acnéiques mais leur passer Les Yeux sans visage de Georges Franju était un choix osé. Excellent certes, mais osé.

En effet, le film de 1960 est un classique de l'épouvante à la française, genre assez dépeuplé jusqu'à ces trois dernières années, où un docteur tente de réparer le visage de sa fille Christiane, défigurée par un accident, en tuant des jeunes femmes qui lui ressemblent. C'est précisément l'une des scènes où le chirurgien, joué par Pierre Brasseur, tente de placer un nouveau minois sur la chair de sa chair qui aurait eu raison de nos lycéens. Dommage qu'ils n'aient pu aller au bout, car, paradoxalement, c'est un grand film d'horreur qui sait glacer sans trop en montrer, porté par la musique de Maurice Jarre (mais si, le papounet de Jean-Michel, qui a fait des B.O. pour Hitchcock, Visconti ou Verneuil). Une oeuvre magistrale où Edith Scob, que vous avez peut-être vue dans Holy Motors de Carax, fascine. Le masque blanc qu'elle porte servira d'ailleurs d'inspiration à John Carpenter pour habiller le personnage de croquemitaine de Michael Myers.

epouvanteLe 29 mai 1984, Billy Idol écrira Eyes Without a Face en hommage à ce lugubre monument national qui s'était exporté avec un relatif succès aux USA, qui deviendra son premier titre à rentrer dans le top 10 américain. Ne sous-estimez pas la puissance des Yeux sans visage, il trouve toujours un moyen de revenir hanter notre jeunesse. Et pour une fois, vive l'Éducation Nationale !

6

Positive Education : putain c'était bien !

Vendredi 06 décembre 2019

UNEIl y a un peu plus d'une quinzaine de jours, je suis parti à Saint-Étienne couvrir le festival Positive Education. Couvrir un festival lorsque l'on est un petit scribouillard comme moi, c'est souvent l'occasion de se barrer de Paris à moindres frais, de se prendre un bon bombardement sonore dans la gueule, de picoler gratos et d'organiser des afters dans sa piaule d'hôtel. C'est à peu près ce qui s'est passé. 

Lire la suite >
0
Par Michael Petkov-Kleiner

Qu'attend Disney pour adapter la vie de Little Tyke, la lionne végan ?

Jeudi 05 décembre 2019

Capture d’écran 2019-12-05 à 11.59.50Un prédateur qui refoule ses instincts sanguinaires, c'est l'histoire incroyable de Little Tyke, devenue une légende dans le milieu des militants végétariens. Née en captivité en 1946, la lionne est adoptée par l'excentrique couple Westbeau alors que sa mère avait essayé de la tuer en la jetant contre les grilles de sa cage. Comme quoi il y a des mères toxiques même dans le règne animal... Nommée "petite chose" en V.O., elle rejoignit alors leur ranch Arche de Noé située dans les environs de Seattle, qui comprenait chiens, chats, vaches, chevaux, paons, faons, moutons et poulets. D'abord nourrie au biberon, elle refusa par la suite toute viande et ne supportait pas l'odeur du sang. Les Westbeau remarquèrent vite le caractère sociable de Little Tyke, qui aimait traîner avec ses petits cousins félins et Becky, l'agneau qui ne la lâchait pas d'un coussinet.

Capture d’écran 2019-12-05 à 11.59.33En plus d'être fermiers amateurs, George et Margaret Westbeau tenaient une épicerie. Ils virent vite l'intérêt commercial que représentait leur protégée. Ils organisèrent donc un évènement où l'on pouvait remporter 1000 dollars si l'on arrivait à faire manger de la viande à Little Tyke. Des milliers de participants tentèrent leur chance, sans succès. Un raout qui attira les médias et notamment Art Baker, animateur de l'émission You Asked For It, où les télespectateurs votaient pour voir des numéros ou des expériences dangereuses en direct à l'écran. On l'amena donc à Hollywood pour participer au show, où elle fut encore une fois testée. On la mit face à des poussins. Il ne lui aurait fallu qu'un coup de croc pour en faire ses nuggets de quatre heures, mais elle préféra les léchouiller avec tendresse. Incorruptible, on vous dit.

Capture d’écran 2019-12-05 à 11.59.25

Malheureusement, ce grand voyage fut le dernier pour Little Tyke, qui mourut d'une inflammation pulmonaire due au trop grand changement de température à l'âge de 8 ans. Ce qui, même pour un lion, est très jeune. Depuis 1955, son histoire est souvent relayée par les associations de végétariens, qui voient dans son exemple un modèle pour les humains. Si le roi de la jungle peut épagner des agneaux, on devrait être capables de se passer de notre steak tartare, non ? Quant aux raisons du véganisme de Little Tyke, elles restent une énigme scientifique jusqu'à aujourd'hui...

Capture d’écran 2019-12-05 à 14.15.48

6