Sans-dent.



En souhaitant un bon mardi à Benjamin Griveaux

Mardi 12 novembre 2019

Si l'article du Parisien n'est en rien une annonce de candidature de Jean-Louis Borloo (qui d'ailleurs y dément cette intention) il est l'énième occasion pour des anonymes proches de Macron et à l'intérieur de LREM d'exprimer leurs doutes quant à une victoire de Benjamin Griveaux à Paris. Qu'il doit être bon de se sentir si bien soutenu. D'ailleurs ces municipales commencent mal pour LREM en général, d'après un député les candidats soutenus par la majorité auraient "la marque honteuse".

(Source : Le Parisien, Huffington Post)

0




Retour sur la polémique de la semaine

Vendredi 08 novembre 2019

jg

Bien qu'elle sévisse dans diverses émissions et sur plusieurs antennes (LCI, 28 minutes sur Arte, C dans l'air sur France 5) depuis quelques années en tant que chroniqueuse, Julie Graziani, ancien porte parole de la Manif pour tous, soutien de François "rends l'argent" Fillon à la présidentielle de 2017, cofondatrice de L'Avant-Garde (association conservatrice de défense des valeurs chrétiennes) et militante anti-avortement a vraiment été propulsée sur le devant de la scène cette semaine à cause de sa sortie sur les mères célibataires au SMIC dans l'émission 24H Pujadas sur LCI ce lundi 4 novembre dernier: " Je ne connais pas son parcours de vie à cette dame... Qu'est-ce qu'elle a fait pour se retrouver au SMIC ? Est-ce qu'elle a bien travaillé à l'école ? Est-ce qu'elle a suivi des études ? Si on est au SMIC, faut peut-être pas divorcer non plus dans ces cas-là !".
S'en était suivie une polémique faisant réagir Marlène Schiappa. Présentée partout comme éditorialiste à L'Incorrect, un hebdomadaire d'extreme droite libérale (qui souhaite réconcilier les "valeurs" libérales et conservatrices de la droite et les "valeurs" nationalistes de l'extreme droite) fondé par des proches de la Manif pour tous et Marion Le Pen, elle était depuis 2018 leur représentante dans les media jusqu'à ce le magazine se sépare d'elle suite aux réactions négatives provoquées par sa déclaration dont le seul véritable intérêt a été d'avoir donné l'occasion à Clément Viktorovitch de parler de la fenêtre d'Overton.
La fenêtre d'Overton a été conceptualisée par Joseph P. Overton, elle définit les limites dans lesquelles une idée politique extrême peut être acceptée par le public sans créer de polémique. Son concept a été poussé après sa mort pour expliquer comment en dépassant le cadre de cette fenêtre, en faisant prononcer dans l'espace public des idées très extrêmes voire provocatrices par des soutiens, des politiciens pouvaient en comparaison apparaître modérés en reprenant ces idées de façon soft en restant dans le cadre de la fenêtre d'Overton. C'est ce qu'a fait L'Incorrect en se séparant de Julie Graziani (qui ne participait déjà pas au dernier numéro du magazine).
Bien qu'il n'y ait jamais de quoi se réjouir de voir quelqu'un perdre son poste, il ne faut pas non plus s'en faire pour Julie Graziani. Elle ne devra ni repousser son divorce ni tenter de joindre les deux bouts avec ses indemnités (pour peu qu'un contrat la liait vraiment à L'Incorrect étant donné leur séparation effective immédiatement) car même si elle n'est jamais présentée comme telle lors de ses interventions dans les media, Julie Graziani est administrateur judiciaire et même présidente d'Ascagne AJ, entreprise implantée à Paris (16), Versailles, Bordeaux, Bobigny, Pontoise et Neuilly-sur-Seine. Le slogan de l'entreprise prête quelque peu à rire compte tenu des propos qui ont rendu célèbre sa présidente "Ensemble, pour une seconde chance", slogan repris et reformulé : "Favoriser le rebond et la seconde chance" sur le compte Twitter où elle communique sur ses activités d'administrateur judiciaire sous son nom de jeune fille Julie Lavoir.
Pour le moment LCI n'a pas fait savoir si la chaîne allait continuer sa collaboration avec Julie Graziani mais si c'était le cas et maintenant qu'elle n'est plus éditorialiste à L'Incorrect, en quelle qualité sera-t-elle présentée lors de ses prochaines interventions ?
(Sources : Ascagne AJ, BFMTV)
 
2