"L'enfer c'est Sartre" (Les autres)

Sexy Delevoye is sexy

Mardi 23 juillet 2019

sexyedelevoye

Delevoye, retraite à points... Tout un univers de rêve. On imagine déjà les jeunes frétiller devant tant de choses sexy.

(Source : Slate.fr)

0


Et le grand vainqueur du jeu du En même temps est...

Lundi 22 juillet 2019

une_sexisme

Au sein de l'instance, 7 spécialistes en étude de genre. Et parmi eux, 7 hommes. 6 d'entre eux ont démissionné pour protester contre le faible nombrre de chercheuses dans le collège de personnalités qualifiées. Le directeur de cabinet de Marlène Schiappa a déjà annoncé que ces démissions ne conduiraient pas à des nominations de femmes en raison des critères paritaires imposés par le décret encadrant son fonctionnement. 

Un Haut conseil à l'égalité femmes-hommes taxé de sexisme ? Jamais le En même temps n'avait été poussé aussi loin. 

(Source : Le Monde)

0



D'après Griveaux, tous les jours, un abruti se déclare candidat à la mairie de Paris

Lundi 22 juillet 2019

 

une_griveaux_libe

C'était le 16 juillet dernier à l'occasion de la commémoration de la rafle. En même temps, quand on n'est ni de gauche ni de droite, on finit par confondre un peu tout et n'importe quoi. 

(Merci à Libération pour ce repérage façon oeil de faucon)

0

Pétition pour voir Nadine Morano et Alexandre Benalla sur un octogone

Lundi 22 juillet 2019

une_clash_morano_benalla

Depuis la fin de semaine dernière, un véritable choc des Titans se déroule sur Twitter entre Alexandre Benalla et Nadine Morano. 

Tout commence par un tweet de Nadine Morano dans lequel elle moque la sortie de Sibeth Ndiaye sur le kébab et le homard, épinglant au passage la tenue de la porte-parole du gouvernement avec des considération borderline.

 

Le chevalier au brassard de police s'insurge immédiatement et remet Nadine Morano à sa place en moquant son racisme et ses tenues.

 

Sans coup férir, Nadine Morano réplique par une allusion à peine voilée à la violence d'Alexandre Benalla.

Benalla sort alors l'artillerie lourde façon c'est çui qui dit qui y'est en jetant aux yeux de l'ancienne ministre un formulaire d'hospitalisation à la demande d'un tiers.

PAN ! Nadine Morano remercie Benalla de se contenter de l'hospitaliser sans l'avoir préalablement frappée. Ça balance pas mal à Paris.

Mais Alexandre ouvre l'oeil et le bon et repère une faute d'orthographe dans le tweet de Nadine. Il s'empresse de le lui faire remarquer et, comme Nadine supprime son tweet, en publie une capture d'écran. Le clash atteint des sommets de cour de récré.

Morano se défend en accusant le correcteur automatique et la fin de soirée. Et lance encore une attaque calembour sur la violence supposée de Benalla.

Benalla frétille : les fins de soirées de Nadine Morano, il n'attendait que leur mention pour faire des insinuations sur l'alcoolisme de l'ancienne ministre.

Mais comme elle ne répond plus, Alexandre Benalla n'a plus personne avec qui jouer. Il décide donc de se donner des airs d'au-dessus de la mêlée.

Et pendant ce temps-là, en France

0